VW et ses banques s'accordent sur un prêt relais de 20 mds-sces

mercredi 2 décembre 2015 11h51
 

FRANCFORT, 2 décembre (Reuters) - Volkswagen a trouvé un accord avec ses banques sur les modalités d'un prêt relais de 20 milliards d'euros destiné à aider le constructeur allemand à supporter le coût du scandale des émissions entourant nombre de ses voitures diesel, ont dit trois sources proches du dossier.

Le groupe a déclaré le 23 novembre que les mesures destinées à mettre en conformité en Europe quelque 8,5 millions de véhicules équipés d'un logiciel illégal de contrôle des émissions étaient techniquement et financièrement gérables.

Les analystes évaluent à plus de 40 milliards d'euros la facture du scandale des tests d'émissions truqués pour Volkswagen, entre amendes, procès et réparations techniques.

Lors de l'annonce de ses résultats du troisième trimestre, le groupe a annoncé avoir passé dans ses comptes une première provision de 6,7 milliards d'euros pour couvrir les coûts liés au scandale, ajoutant alors que d'autres sommes pourraient être mises de côté.

Malgré le recul de près de 3% du titre Volkswagen vers 10h30 GMT, ce dernier est en hausse de plus de 16,5% depuis l'annonce du 23 novembre.

Par rapport à son dernier cours avant la révélation du scandale, celui du 18 septembre à 162,4 euros, la baisse a été ramenée à quelque 22% alors qu'elle avait été un moment de près de 47%.

Treize banques proposent chacune des portions de crédit soit de 1,5 milliard d'euros soit de 2,5 milliards, ont précisé deux sources à Reuters.

Une autre source a déclaré que les différentes portions seraient attribuées aux banques vendredi.

Un porte-parole de Volkswagen s'est refusé à tout commentaire.

Les analystes soulignent que le fait de s'assurer de ce prêt bancaire dans la foulée du scandale des émissions permettra à Volkswagen de montrer aux investisseurs qu'il reste un emprunteur à l'assise solide.

Mardi, Standard & Poor's Ratings Services a annoncé avoir ramené de A- à BBB+ sa note de crédit de Volkswagen en raison de l'impact du scandale des émissions. (Arno Schütze, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)