BOURSE-Linde chute après avoir revu ses prévisions à l'horizon 2017

mardi 1 décembre 2015 09h49
 

FRANCFORT, 1er décembre (Reuters) - L'action du géant allemand des gaz industriels Linde chute mardi à la Bourse de Francfort après l'annonce d'une révision à la baisse de son objectif de bénéfice pour 2017, qu'il justifie par le ralentissement de la croissance de ses marchés.

Le groupe, numéro un mondial du secteur par le chiffre d'affaires, table désormais sur un bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement (Ebitda) de 4,2 à 4,5 milliards d'euros pour 2017, contre 4,5 à 4,7 milliards prévus auparavant.

Le titre perd 11% à 147,05 euros à 8h43 GMT, la plus forte baisse de l'indice Dax, qui cède alors 0,18%. Linde s'achemine ainsi vers sa plus forte baisse en une séance depuis 14 ans. Dans son sillage, Air liquide recule de 2,55% à Paris, à 112,55 euros.

"Air liquide est impacté par l'avertissement de Linde. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour le secteur", commente un trader à Paris.

L'objectif initial de bénéfice de Linde, abandonné lundi, avait été défini par l'ancien président du directoire Wolfgang Reitzle, parti à la retraite l'an dernier pour laisser la place à Wolfgang Büchele.

Ce dernier a aussi réduit l'objectif 2017 de rendement des capitaux employés, à 9-10% contre 11-12%.

"Les objectifs étaient trop ambitieux. Les objectifs à long terme étaient à la mode dans le secteur de la chimie ces dernières années. La plupart d'entre eux, sinon tous, n'ont pas été atteints", commente Peter Spengler, analyste de DZ Bank, à l'achat sur Linde.

Kepler Cheuvreux a abaissé sa recommandation sur Linde d'"acheter" à "alléger" tandis que Deutsche Bank réduisait son objectif de cours de 4,5%, à 170 euros.

Le groupe allemand a précisé que sa division d'ingénierie continuerait de souffrir de la faiblesse de son carnet de commandes, conséquence de la baisse des prix du pétrole, et qu'il serait contraint de réduire ses effectifs si la situation ne s'améliorait pas l'an prochain.

"Il n'y a pas d'annulations mais les clients s'abstiennent de signer de nouvelles commandes", a précisé Wolfgang Büchele. (Ludwig Burger et Maria Sheahan; Marc Angrand et Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français)