COP21-Appel à la fixation d'un prix du carbone

lundi 30 novembre 2015 21h26
 

* Un prix du carbone pour lutter contre le réchauffement

* Six pays prônent un mouvement progressif

* Il est déjà enclenché dans des pays et collectivités

LE BOURGET, Seine-Saint-Denis, 30 novembre (Reuters) - Six chefs d'Etat et de gouvernement, dont François Hollande et Angela Merkel, ont lancé lundi avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) un appel à la fixation d'un prix du carbone pour lutter contre le réchauffement climatique.

Un nombre croissant d'économistes et d'acteurs économiques pensent qu'un tel mécanisme, qu'il passe par le marché ou une taxe, est nécessaire pour détourner les investisseurs des activités fortement émettrices de gaz à effet de serre (GES).

La conférence sur le climat (COP21), ouverte lundi au Bourget, près de Paris, par 152 chefs d'Etat et de gouvernement et les délégations de 195 pays, ne se penchera que marginalement sur le prix du carbone.

"Cette question n'est pas véritablement dans le mandat de la convention des Nations unies mais aucune négociation sur le climat ne peut ignorer la question du prix du carbone", a dit le chef de l'Etat français lors du lancement de cette initiative.

"Même si il n'y aura pas forcément d'indication dans l'accord (final) d'une trajectoire ou d'un 'corridor' (dans) lequel le prix du carbone pourrait fluctuer, il est clair que nous devons afficher cette perspective", a-t-il ajouté.

Outre la France et l'Allemagne, sont associés à cet appel le Canada, le Chili, l'Ethiopie et le Mexique.   Suite...