USA-Des banques accusées de manipulation de swaps de taux d'intérêt

jeudi 26 novembre 2015 08h46
 

par Mike Kentz

NEW YORK, 26 novembre (IFR/Reuters) - Une action collective, déposée mercredi auprès de la justice américaine, accuse 10 des plus grandes banques présentes à Wall Street et deux plate-formes de transactions de s'être entendues pour limiter la concurrence sur le marché, pesant 320.000 milliards de dollars, des swaps de taux d'intérêt.

D'après cette action, Goldman Sachs, Bank of America Merrill Lynch, JPMorgan Chase, Citigroup, Credit Suisse, Barclays, BNP Paribas , UBS, Deutsche Bank et Royal Bank of Scotland ont fait en sorte d'empêcher les échanges de swaps de taux d'intérêt sur des plate-formes électroniques.

De ce fait, lit-on dans le document déposé auprès d'un tribunal de Manhattan, les banques incriminées ont réussi à décourager l'entrée d'institutions non bancaires sur le marché très lucratif d'échanges de swaps de taux d'intérêt.

Les banques "ont été en mesure d'extraire des milliards de dollars de taux monopolistiques, année après année (...)", poursuit le document.

Selon le texte de l'action collective, déposé par un fonds de pension, les banques ont, depuis 2007, "uni leur forces pour menacer, boycotter, intimider et (...) éliminer toute entité ou procédure susceptible de donner un accès aux échanges à des investisseurs".

"Les accusés ont fait cela pour une raison simple : préserver un extraordinaire centre de profit."

Goldman Sachs, Citigroup, Bank of America, BNP Paribas, Credit Suisse and Royal Bank of Scotland ont refusé de commenter l'action collective. Personne n'était disponible dans l'immédiat chez JP Morgan, Barclays, Deutsche Bank et UBS pour réagir.

  Suite...