BOURSE-Amoeba bondit, lancement de tests industriels au Canada

mardi 24 novembre 2015 10h10
 

PARIS, 24 novembre (Reuters) - L'action Amoeba signe mardi matin l'une des plus fortes hausses de l'indice CAC Mid & Small à la Bourse de Paris après avoir annoncé le lancement de la phase de tests industriels au Canada pour son biocide biologique capable d'éliminer le risque bactérien dans l'eau.

A 9h45, le titre Amoeba progresse de 4,29% à 23,83 euros, tandis que le CAC Mid & Small recule de 1%.

La société a annoncé lundi dans un communiqué avoir obtenu l'autorisation d'utilisation de son biocide dans le cadre de tests industriels dans 10 tours aéroréfrigérantes au Canada. Cette autorisation de l'agence canadienne de réglementation de la lutte antiparasitaire valide l'utilisation du produit à des fins de recherche et développement jusqu'au 31 décembre 2017.

"C'est une étape clé dans le développement de la société qui va ainsi entrer en période d'étude industrielle en vue d'une demande d'AMM (autorisation de mise sur le marché, NDLR)ultérieure", commente Portzamparc dans un mémo.

Amoeba rappelle que cette annonce intervient alors qu'elle a conclu en juin un accord portant sur la distribution exclusive de son produit par le groupe Magnus au Canada pendant cinq ans sous réserve de l'obtention de l'AMM dans ce pays, et ajoute que cette autorisation pourrait intervenir fin 2017.

"C'est une bonne nouvelle pour le titre même si cela ne change pas le business plan envisagé lors de l'IPO", ajoute Portzamparc, qui maintient sa recommandation à "acheter" sur la valeur, avec un objectif de cours de 32 euros.

Amoeba a été introduite en Bourse sur Euronext Paris le 10 juillet, au prix de 8,30 euros par action.

Amoeba explique que sa solution est un prédateur agissant sur les bactéries qui prolifèrent dans l'eau: 100% naturelle, elle a comme principale caractéristique de ne pas générer de rejets toxiques pour l'homme ou l'environnement et, ainsi, aucun retraitement des eaux n'est nécessaire.

Le communiqué :

bit.ly/1MNaE2Q (Raphaël Bloch, édité par Dominique Rodriguez)