La Banque nationale suisse critiquée pour la vigueur du franc

dimanche 22 novembre 2015 18h49
 

ZURICH, 22 novembre (Reuters) - La Banque nationale suisse (BNS) devrait agir davantage pour protéger l'économie des effets de la surévaluation du franc, affirment des économistes dans la presse dominicale en Suisse.

La BNS a abandonné en janvier le cours plancher du franc face à l'euro, qui était à 1,20, ce qui a entraîné un net raffermissement de la monnaie suisse, qui se traite encore 10% au-dessus de ses niveaux de janvier.

Cette décision commence à se faire resssentir sur une économie en partie tournée vers les exportations et les appels à un ajustement de la politique de la BNS sont de plus en plus pressants.

"La Banque nationale doit affaiblir le franc", lance ainsi Franz Jaeger, professeur d'économie à la retraite, dans le journal NZZ am Sonntag. Il ajoute que lui et d'autres experts réputés ont exprimé leur inquiétude auprès du président de la BNS, Thomas Jordan.

Cité dans le journal Schweiz am Sonntag, Peter Buomberger, économiste au sein du cercle de réflexion Avenir Suisse, réclame pour sa part la définition d'un nouveau cours plancher pour le franc.

"Si la Banque centrale européenne assouplit davantage (sa politique monétaire), le franc va de nouveau se retrouver sous pression. Il faut envisager un nouveau cours plancher face à l'euro sinon les coûts d'ajustement pour les secteurs exportateurs seront trop élevés", dit Peter Buomberger.

Thomas Jordan a déclaré dans une interview publiée vendredi que le franc était surévalué mais qu'il s'affaiblirait avec le temps. (Silke Koltrowitz; Bertrand Boucey pour le service français)