LEAD 1-Japon-Statu quo monétaire en dépit de la récession

jeudi 19 novembre 2015 08h13
 

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto

TOKYO, 19 novembre (Reuters) - La Banque du Japon (BoJ) n'a pas modifié une politique monétaire déjà très accommodante jeudi, s'en tenant à l'espoir d'une future reprise économique en dépit d'investissements productifs à l'arrêt et d'une conjoncture économique mondiale difficile.

La banque centrale continue également de penser que l'économie nippone a poursuivi une reprise économique modérée même si les exportations et la production se ressentent de la faiblesse de la demande des marchés émergents.

"Les économies émergentes sortiront sans doute du marasme grâce à une croissance solide des économies avancées. Pour l'heure, les exportations pâtinent mais se redresseront probablement modérément", a déclaré le gouverneur de la BoJ Haruhiko Kuroda lors d'une conférence de presse.

"La hausse des exportations et l'évolution des ajustements de stocks dans certains secteurs devraient aussi aider la production industrielle à remonter progressivement".

La banque centrale s'est cependant montrée un peu plus prudente que le mois dernier sur la manière dont le public perçoit l'évolution à venir de l'inflation, se montrant préoccupée par le fait que les entreprises rechignent à augmenter les salaires et les investissements.

"La BoJ attache beaucoup d'importance aux anticipations d'inflation; elle devra donc encore assouplir si elles faiblissent encore", dit Norio Miyagawa, économiste de Mizuho Securities. "S'il ne s'agit que de prix pétroliers qui restent dans les profondeurs, la BoJ peut se permettre d'attendre. Mais si les prix pétroliers contribuent à infléchir les anticipations d'inflation, la BoJ devra agir".

Près de la moitié des analystes interrogés par Reuters pensent que la BoJ assouplira à nouveau sa politique en janvier, la baisse continue des cours pétroliers risquant de l'obliger à revoir à nouveau en baisse ses prévisions d'inflation trimestrielles.

Comme prévu, la BoJ a reconfirmé son engagement d'accroître la masse monétaire à un rythme annuel de 80.000 milliards de yens (environ 600 milliards d'euros) par le biais de rachats d'emprunts d'Etat et d'actifs plus risqués.   Suite...