** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

jeudi 19 novembre 2015 07h47
 

PARIS, 19 novembre (Reuters) - Après leur repli de la veille, les principales Bourses européennes sont attendues en hausse jeudi à l'ouverture, dans la foulée des gains de plus de 1% enregistrés par Wall Street et par Tokyo après des déclarations de la Réserve fédérale américaine ancrant les anticipations d'un tour de vis monétaire en décembre tout en rassurant sur le rythme des hausses de taux à venir.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner jusqu'à 0,88% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,89% et le FTSE à Londres 0,45%.

Hormis Londres, les principaux indices européens avaient cédé entre 0,1% et 0,6% mercredi, en raison d'un nouvel accès de prudence des investisseurs au vu l'opération antiterroriste qui s'est déroulée à Saint-Denis quelques jours après des attentats ayant fait au moins 129 morts à Paris et en Seine-Saint-Denis.

A deux jours de la fin de la semaine, le CAC affiche encore une hausse hebdomadaire de 2,05%, après une chute de 3,54% le semaine précédente. Le Dax est sur un gain de 2,35% après -2,54% sur la semaine au 13 novembre et le FTSE 100 gagne à ce stade 2,63% (-3,71% la semaine précédente).

La Bourse de Tokyo, portée par la faiblesse du yen par rapport à un dollar une nouvelle fois dopé par les perspective d'une hausse des taux d'intérêt en décembre, a gagné 1,07% à 19.859,81 points, un plus haut de clôture trois mois.

La place boursière japonaise n'a ainsi guère été affectée par l'annonce du premier recul des exportations nippones en un an en octobre ni par la décision de la Banque du Japon de laisser inchangée sa politique monétaire très accommodante.

Mercredi, le Dow Jones a gagné 1,42%, le S&P 500 1,62% et le Nasdaq 1,79%, tirés vers le haut par l'action Apple (+3%) et par la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed.

Ces "minutes" confirment son communiqué du 28 octobre ouvrant la porte à une hausse de taux le mois prochain pour la première fois depuis près de 10 ans, mais elles révèlent aussi que les banquiers centraux s'attendent à une diminution du potentiel à long terme de l'économie américaine, ce qui paraît exclure un cycle de resserrement agressif.

Après avoir atteint un pic de sept mois face à un panier de devises internationales juste après la publication de ces "minutes", le dollar subit un mouvement de prises de bénéfice et perd plus de 0,4%.   Suite...