Une hausse des taux de la Fed, "contre-productive" et éphémère-Amundi

mercredi 18 novembre 2015 19h33
 

par Sujata Rao

18 novembre (Reuters) - Une hausse à court terme des taux d'intérêt aux Etat-Unis ne sera pas le signal d'un cycle de resserrement monétaire, se révélant sans lendemain en raison des pressions déflationnistes mondiales, a prévenu mercredi Pascal Blanqué, le responsable des investissements d'Amundi.

Intervenant dans le cadre du Sommet Reuters sur les perspectives globales d'investissement, il a aussi dit s'attendre à un stimulant monétaire "illimité" de la Banque centrale européenne (BCE).

Pascal Blanqué, qui veille sur la gestion des 954 milliards d'euros d'actifs d'Amundi Asset Management, avait été le seul intervenant, lors du même Sommet Reuters l'année dernière, à dire que la Réserve fédérale américaine (Fed) ne relèverait pas ses taux cette année.

Une prévision qui ne sera pas loin de se réaliser même si la Fed relève ses taux le mois prochain, perspective que les marchés ont d'ores et déjà largement intégrée.

Si la Fed se hasarde à remonter ses taux dans les prochains mois, le mouvement sera "contre-productif", entraînant un afflux de liquidités venant d'Europe et du Japon pour s'investir en titres du Trésor américains afin d'échapper à des rémunérations quasi-nulles quand elles ne sont pas négatives.

Cela entraînera une appréciation du dollar et préviendra toute pentification de la courbe des taux américaine, estime-t-il en soulignant par ailleurs le caractère déflationniste de l'environnement économique mondial et la relative atonie du marché de l'emploi aux Etats-Unis.

"Il n'y a pas de motifs pressants pour que la Fed relève (les taux) mais ils peuvent décider de faire quelque chose. S'ils le font, cela sera contreproductif et sans lendemain, n'en attendez pas grand chose", a-t-il prévenu mercredi.

"Tout bien considéré, je pense que les politiques monétaires dans les pays occidentaux pencheront plutôt du côté accommodant. A moyen terme, le prochain mouvement de la Fed ne sera pas à la hausse (des taux) mais à la baisse", a-t-il prévenu.   Suite...