Attentats-La chimie veut le retrait d'informations sur Internet

mardi 17 novembre 2015 13h05
 

PARIS, 17 novembre (Reuters) - L'Union des industries chimiques (UIC) va demander mardi au ministère de l'Environnement le retrait des sites internet de toutes les informations relatives aux productions et aux stocks des usines du secteur, a déclaré mardi à Reuters son directeur général Jean Pelin.

L'UIC, qui fédère 1.200 des 3.000 entreprises du secteur en France, sera reçue dans l'après-midi par les services administratifs du ministère pour réitérer une demande déjà formulée en juillet mais partiellement mise en oeuvre.

"On va redemander que soient sorties immédiatement d'internet toutes les informations à caractère sensible sur les stocks de produits dispersifs, explosifs ou aux productions sensibles. Il est incroyable que ce genre d'informations soient encore sur internet", a estimé Jean Pelin.

La sécurité des sites chimiques a déjà été renforcée après l'attentat de juin dans une usine d'Air Products en Isère et les explosions en juillet sur un site pétrochimique de Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône).

"Il n'y a pas de consignes particulières qui ont été données par les services de la Direction générale de la prévention et des risques du ministère de l'Environnement à la suite des attentats de vendredi car nous avons été sensibilisés dès le mois de janvier à ces questions de terrorisme. Cela a été confirmé après les attentats dans l'Isère et les Bouches-du-Rhône", a dit Jean Pelin.

Aujourd'hui, a-t-il ajouté, "les sites chimiques Seveso sont très contrôlés et le risque terroriste est ailleurs".

Il y a en France 1.200 sites Seveso, pour moitié dans le secteur de la chimie. Celui-ci emploie près de 200.000 personnes.

(Noëlle Mennella, édité par Dominique Rodriguez)