Chine-Les défauts obligataires, tests pour le secteur financier

lundi 16 novembre 2015 14h10
 

* Les autorités n'empêchent plus tous les défauts obligataires

* Pékin en tenaille entre réformes et risques

* Les agences de notation continuent d'intégrer un soutien public tacite

* Une montée des défauts pourrait affaiblir les bilans des banques

par Pete Sweeney et Umesh Desai

SHANGHAI/HONG KONG, 16 novembre (Reuters) - La Chine semble prête à laisser se dérouler de nouveaux défauts obligataires dans le cadre de la réforme de ses marchés financiers, même si cet effort de transparence n'est pas sans risque pour les agences de notation, les investisseurs et les banques prêteuses.

Le marché obligataire chinois pèse quelque 3.700 milliards d'euros, ce qui en fait le troisième au monde, mais une partie de ce montant concerne des entreprises fragiles, inefficaces, obsolètes ou opaques.

Jusqu'à présent, les investisseurs semblent avoir considéré que ces émetteurs bénéficiaient d'une garantie tacite de l'Etat, ce qui a contribué au maintien de rendements faibles et alimenté la demande, notamment après les turbulences de l'été sur les marchés actions, qui ont favorisé la recherche de sécurité.

"La Chine continentale bénéficie toujours d'un boom de la dette", explique Mervyn Teo, analyste crédit de Lucror Analytics, tout en soulignant que les défauts récents plaident pour une prudence accrue.   Suite...