Les réacteurs belges d'Engie arrêtés relancés cette année-médias

jeudi 12 novembre 2015 15h31
 

BRUXELLES, 12 novembre (Reuters) - Les deux réacteurs nucléaires d'Electrabel, filiale belge d'Engie, mis à l'arrêt après la découverte de microfissures pourront être redémarrés avant la fin de cette année, rapporte jeudi la radiotélévision belge VRT.

Les réacteurs Doel 3 et Tihange 2 ont chacun une capacité d'environ 1.000 mégawatts, représentent un tiers du parc nucléaire belge. Ils sont à l'arrêt depuis mars 2014 après la découverte de microfissures sur des cuves. Ils avaient été une première fois arrêtés en 2012 lorsque les premiers signes de fissures étaient apparus, avant d'être brièvement relancés en 2014.

Ces installations ont subi depuis une multitude de tests de la part d'experts belges et internationaux pour déterminer si elles pouvaient être remises en marche sans danger.

"Un an et demi et de multiples tests supplémentaires plus tard, les résultats semblent rassurants", écrit la VRT sur son site internet.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) en Belgique a dit n'avoir pas encore arrêté sa décision mais qu'elle le ferait dans les prochains jours.

Electrabel a déclaré ne pas avoir été informée du résultat des derniers tests. Elle a précisé avoir remis ses propres conclusions à l'AFCN au cours de l'été.

"Nous sommes convaincus que les réacteurs peuvent être redémarrés", a dit une porte-parole d'Electrabel.

L'indisponibilité prolongée de ces deux réacteurs a conduit début octobre Engie à un nouvel ajustement à la baisse de ses prévisions pour 2015.

(Robert-Jan Bartunek; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)