LEAD 1-Vivendi ne s'opposera pas à la conversion d'actions de TI-source

vendredi 6 novembre 2015 19h00
 

(Actualisé avec déclarations de Patuano, précisions)

MILAN/PARIS, 6 novembre (Reuters) - Vivendi ne s'opposera pas à la conversion d'actions proposée par Telecom Italia, dont il est le premier actionnaire, même si l'opération aboutit à une dilution de sa participation, a déclaré à Reuters une source proche du dossier.

L'opérateur italien a annoncé jeudi vouloir convertir six milliards d'actions d'épargne ou actions à dividende prioritaire (ADP) en actions ordinaire, une mesure qui doit avoir un impact positif sur sa trésorerie.

Vivendi est progressivement monté au capital de Telecom Italia pour en devenir le premier actionnaire avec un peu plus de 20%, disant vouloir travailler avec Telecom Italia pour diffuser son contenu télévisuel et musical.

Alors que sa part serait de moins de 14% après conversion, Vivendi ne pense pas que cette opération l'empêcherait d'atteindre ses buts au sein de Telecom Italia, a précisé la même source.

Quant à Xaviel Niel, qui a récemment pris des positions représentant au total une participation de 15,14% dans l'ex-monopole italien, dont la levée lui permettrait de devenir son deuxième actionnaire derrière Vivendi, sa part potentielle serait réduite à environ 10% après conversion des titres.

L'annonce la semaine dernière de cet investissement de Xavier Niel a fait bondir l'action ordinaire Telecom Italia à la Bourse de Milan, ce qui rend une conversion de titres plus attractive puisque l'écart s'est creusé entre les cours des deux types d'actions.

Le moment choisi pour lancer cette opération semble en outre indiquer que la direction de Telecom Italia souhaite limiter l'influence des deux hommes d'affaires français, pensent des analystes.

L'administrateur délégué de Telecom Italia, Marco Patuano, a déclaré ne pas avoir évoqué cette conversion de titres avec Vivendi, ni avec d'autres actionnaires importants du groupe, mais il s'est dit certain d'obtenir leur accord car l'opération permettra, selon lui, de mettre fin à une structure "totalement anachronique" du capital.

Jeudi, Telecom Italia a fait valoir que l'opération simplifierait la structure de son capital, augmenterait son flottant et sa liquidité en Bourse et contribuerait au financement d'investissements dans ses réseaux mobiles et fixes.

Le groupe soumettra cette proposition au vote de ses actionnaires le 15 décembre. Une majorité des deux tiers sera nécessaire à son adoption. (Leila Abboud et Agnieszka Flak, Joseph Sotinel et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)