LEAD 1-France-Le gouvernement en porte-à-faux avec son "réformisme"

mercredi 4 novembre 2015 15h51
 

* Le gouvernement recule sur la DGF et l'AAH

* L'opposition y voit un mouvement de panique

* Tensions à un mois des élections régionales (Actualisé avec Valls à l'Assemblée)

PARIS, 4 novembre (Reuters) - La volonté affichée de "réformer jusqu'au bout" de François Hollande et Manuel Valls pâtit de leurs récents reculs fiscaux, dans lesquels l'opposition voit un signe de "panique" à un mois des élections régionales.

A Sciences-Po mardi soir, le Premier ministre a une nouvelle fois défendu sa vision du "social-réformisme", plaidant le "compromis" dans une société où "on ne peut pas gouverner à la schlague".

"Le choix de la réforme, c'est ce que les Français attendent, quelles que soient leurs convictions politiques", a déclaré Manuel Valls devant des centaines d'étudiants. "L'immobilisme, c'est nous condamner au déclin."

Un discours démenti pourtant par l'annonce le jour même du report d'un an de la mise en oeuvre de la réforme de la dotation globale de fonctionnement (DGF), principale aide de l'Etat aux collectivités locales.

Puis la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Ségolène Neuville, retirait la réforme du calcul de l'allocation aux adultes handicapés (AAH), qui avait provoqué l'ire des associations.

Deux fléchissements au moment où le gouvernement s'emploie à répondre dans l'urgence à l'imbroglio des impôts locaux de quelque 900.000 contribuables, souvent des retraités modestes. Le ministère des Finances a assuré qu'ils seraient remboursés.   Suite...