LEAD 1-Sinaï-Metrojet écarte défaillance technique ou erreur humaine

lundi 2 novembre 2015 13h24
 

(ajoute autres déclarations de la compagnie)

MOSCOU, 2 novembre (Reuters) - La compagnie russe Kogalymavia/Metrojet a écarté lundi l'hypothèse d'une défaillance technique ou d'une erreur humaine pour expliquer l'accident de son Airbus A321-200 samedi dans la péninsule égyptienne du Sinaï.

L'accident ne peut être que le résultat d'une autre "action technique ou physique", a déclaré Alexander Smirnov, directeur général adjoint de la compagnie aérienne.

"L'avion était en excellent état", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Moscou. "Nous excluons une défaillance technique ou une quelconque erreur de l'équipage."

L'accident de l'appareil, qui s'est disloqué en vol une vingtaine de minutes après son décollage de Charm el Cheikh à destination de Saint-Pétersbourg, n'a laissé aucun survivant parmi les 224 passagers et membres d'équipage.

Selon un membre de la commission qui examine les enregistreurs de vol retrouvés sur le site du crash, l'appareil n'a pas été touché de l'extérieur par un projectile et le commandant de bord n'a émis aucun appel de détresse avant la disparition de l'appareil des écrans radar.

Andreï Averianov, directeur général adjoint de la compagnie pour l'ingéniérie, a déclaré que les moteurs de l'appareil avaient été contrôlés le 26 octobre dernier lors d'une inspection de routine et qu'aucun problème n'avait été détecté.

Il a ajouté que lors des cinq vols précédant le crash, aucun incident technique n'avait été consigné par l'équipage .

Lors de la même conférence de presse, Oksana Golovina, représentante de la holding qui contrôle Kogalymavia, a déclaré que la compagnie n'avait connu aucun problème financier susceptible de mettre en cause la sécurité des vols.

Citée lundi par l'agence de presse RIA, l'inspection du travail russe a déclaré que Kogalymavia n'avait pas versé les salaires de ses employés pendant deux mois. (Polina Devitt; Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Marc Angrand)