Grèce-Le besoin de fonds propres des banques de 14 mds au plus-sces

jeudi 29 octobre 2015 18h01
 

par George Georgiopoulos et Lefteris Papadimas

ATHENES, 29 octobre (Reuters) - L'examen de la solidité des quatre grandes banques grecques par la Banque centrale européenne (BCE) révèlera un déficit de fonds propres de 14 milliards d'euros au plus si les conditions économiques deviennent "défavorables", ont dit jeudi à Reuters deux sources bancaires.

Le Mécanisme de surveillance unique (MSU) évalue les besoins de fonds propres de Banque nationale de Grèce, Banque du Pirée, Alpha Bank et Eurobank et ses résultats seront publiés samedi.

L'examen de la Banque centrale européenne (BCE) comprend une revue de leurs crédits et des tests de résistance sur la base de scénarios communs et de scénarios défavorables dans le but de déceler d'éventuelles pertes sur créances jusqu'en 2017.

Suivant le scénario de base, les tests de résistance mettront en évidence un besoin de fonds propres de l'ordre de 4,5 milliards d'euros pour les quatre banques, a dit l'une des sources. En prenant le scénario extrême, le déficit pourrait atteindre les 14 milliards d'euros.

Le vice-Premier ministre Yannis Dragasakis a déclaré jeudi que le Parlement se prononcerait dimanche sur le projet de recapitalisation du secteur bancaire qui précisera les conditions de répartition des injections de capitaux dans les établissements.

Le Fonds hellénique de stabilisation financière (HFSF) interviendra pour combler les trous qui n'auront pu l'être par le marché sur tous les scénarios excepté celui de base. Pour cela il souscrira à toute émission d'actions ou d'obligations convertibles faite par les banques.

Suivant l'accord de renflouement international conclu l'été dernier, la Grèce peut recevoir jusqu'à 25 milliards d'euros d'argent public pour recapitaliser son secteur bancaire.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)