L'Institut Delors plaide pour un ministre européen des Finances

mercredi 28 octobre 2015 12h06
 

* Des propositions franco-allemandes toujours attendues

* L'Institut Delors prône un ministre doté de pouvoirs importants

* La BCE est sur la même ligne, cherche un interlocuteur

PARIS, 28 octobre (Reuters) - La nomination d'un ministre européen des Finances permettrait de donner à la Banque centrale européenne (BCE) l'interlocuteur dont elle a impérativement besoin pour assurer la pérennité de la zone euro, estime l'Institut Jacques Delors.

Henrik Enderlein, directeur de ce cercle de réflexion fondé par l'ancien président de la Commission, et le chercheur Jörg Haas dressent un tableau très complet des pouvoirs potentiels de ce personnage dont Paris et Berlin, ainsi que la BCE, ont dressé un portrait parfois vague et souvent contrasté.

François Hollande avait annoncé en août des propositions pour améliorer la gouvernance de la zone euro mais des responsables allemands ont souligné que Berlin les attendait toujours, une initiative franco-allemande étant indispensable.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a proposé dès 2012 la nomination d'un ministre chargé d'assurer que les Etats membres se comportent vertueusement dans la gestion de leurs finances publiques, ce qui implique un partage de souveraineté pour donner des pouvoirs à ce "superviseur".

Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, a quant à lui proposé de lui donner un budget pour réaliser les transferts financiers indispensables afin de renforcer la stabilité de la zone euro en partageant les risques.

Henrik Enderlein et Jörg Haas suggèrent de réconcilier ces deux rôles, comme l'avait déjà proposé cet été Benoît Coeuré, membre français du directoire de la Banque centrale européenne, devant les ambassadeurs de France.   Suite...