Paris aidera Athènes à gérer ses actifs, contrer l'évasion fiscale

vendredi 23 octobre 2015 11h25
 

ATHENES, 23 octobre (Reuters) - La France va aider la Grèce à gérer ses actifs publics pour éviter des privatisations à prix cassés et à mettre en place un service pour les fraudeurs fiscaux voulant régulariser leur situation.

Un protocole d'assistance signé vendredi par les ministres français et grec des Finances, à l'occasion de la visite de François Hollande à Athènes, prévoit que la France accompagnera la mise en place du fonds d'actifs prévu par l'accord du 13 juillet entre la Grèce et ses créditeurs internationaux.

L'objectif pour la Grèce est d'éviter tout "bradage" de ces actifs, une situation qui s'est produite dans le passé, dans des conditions qui plus est opaques, a déclaré le ministre français des Finances, Michel Sapin, à des journalistes.

La taille de ce fonds avait été estimée à 50 milliards d'euros, correspondant à la valeur des actifs sur le long terme.

Le service de régularisation des fraudeurs fiscaux détenant des comptes à l'étranger doit quant à lui s'inspirer du service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) mis en place en France et qui permet aujourd'hui de drainer plus de 2 milliards d'euros supplémentaires en rythme annuel.

Le protocole signé vendredi porte également sur l'aide de la France à la Grèce pour réformer son administration et piloter ses finances publiques.

Un partenariat stratégique signé par François Hollande et le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, prévoit en outre d'accentuer la mobilisation des investisseurs avec la désignation de deux coordinateurs.

Ils seront chargés "d'identifier les secteurs d'intérêt commun et les opportunités de partenariats économiques, en vue de l'organisation, au premier semestre 2016, d'une réunion stratégique sur l'investissement en Grèce", précise le texte.

"Dans le cadre des privatisations de la période à venir, les deux parties aspirent à des propositions françaises d'investissement, au bénéfice des deux économies", poursuit-il.

Le coordinateur pour la France est le commissaire général à l'investissement, Louis Schweitzer. (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)