LEAD 1-France-L'Assemblée refuse une hausse massive du prix du tabac

jeudi 22 octobre 2015 16h18
 

(Actualisé avec vote)

PARIS, 22 octobre (Reuters) - L'Assemblée nationale a refusé jeudi d'augmenter de façon massive le prix du tabac l'an prochain comme le souhaitaient certains députés de la majorité au nom de la santé publique, suivant en cela l'avis du gouvernement socialiste.

Les députés ont rejeté des amendements de la députée socialiste Michèle Delaunay, cancérologue de profession, qui visaient à augmenter de 30% le prix du tabac à rouler et d'un euro le prix du paquet de cigarettes afin de parvenir d'ici trois ans "au seuil psychologique" de 10 euros le paquet.

La députée socialiste de la Gironde, soutenue par une cinquantaine de ses collègues socialistes et écologistes, a rappelé que chaque année le tabac tuait en France 79.000 personnes, soit "220 personnes par jour".

Elle a affirmé que le coût global du tabac pour la société était de 120,4 milliards d'euros par an, "soit dix fois le déficit de la Sécurité sociale (régime général et FESV) qui s'élève à 13 milliards d'euros en 2015".

Mais le gouvernement s'est opposé à ces amendements, comme le proposait également un rapport présenté mardi dernier par un groupe de travail du groupe PS présidé par le député PS Frédéric Barbier sur l'avenir des buralistes.

Dans la première mouture du PLFSS présentée le 24 septembre, il était prévu que les moyens des établissements et services médico-sociaux accueillant des personnes âgées dépendantes ou des handicapés seraient renforcés grâce à des recettes incluant une hausse des droits sur le tabac. ( )

Les partisans d'une augmentation du prix du tabac ont accusé l'exécutif de vouloir ménager les buralistes et les fumeurs à moins de trois mois des élections régionales.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, tout en constatant que les mesures de hausses de prix du tabac avaient un effet positif sur la lutte contre tabagisme, a jugé qu'il convenait d'attendre les résultats de son plan national de réduction du tabagisme lancé l'an passé.   Suite...