Pas de poursuites pénales pour Wal-Mart et sa filiale au Mexique-WSJ

lundi 19 octobre 2015 11h42
 

NEW YORK, 19 octobre (Reuters) - L'enquête fédérale portant sur des accusations de corruption portées contre Wal-Mart Stores au Mexique n'a mis en évidence que peu d'infractions et le dossier devrait s'avérer bien moins lourd que prévu, a indiqué le Wall Street Journal en citant des sources au fait du dossier.

L'enquête, qui a duré près de trois ans, est pratiquement terminée et le dossier pourrait se conclure par une amende, sans poursuites pénales, selon le quotidien économique.

L'instruction a été lancée après un article du New York Times en avril 2012 signalant que la filiale Wal-Mart de Mexico (Walmex) s'était appuyé pendant plusieurs années sur une campagne de corruption pour assurer son expansion.

Cet article évoquait le versement de plus de 24 millions de dollars de pots-de-vin par Walmex en vue de l'obtention de permis de construire pour ses magasins.

Cette information avait lourdement pesé sur le premier distributeur mondial, qui avait vu sa capitalisation fondre de 10 milliards de dollars à Wall Street en raison des inquiétudes sur les répercussions financières de ce dossier et leurs conséquences sur les projets de croissance du groupe.

Si le dossier mexicain semble s'orienter vers un abandon des poursuites selon le Wall Street Journal, les enquêteurs ont mis en évidence, dans le cadre de la même investigation, des pratiques de corruption en Inde.

D'après le quotidien financier, il s'agirait dans ce cas de dessous-de-table d'un montant réduit mais versés à large échelle à des fonctionnaires.

Wal-Mart devrait probablement avoir à répondre devant la justice américaine d'accusations de corruption à l'étranger à ce sujet, selon le Wall Street Journal.

Le porte-parole de Wal-Mart a indiqué que le groupe coopérait avec les autorités américaines dans ce dossier.

Une porte-parole du département de la Justice a refusé de commenter l'état d'avancement de l'enquête. (Jessica Toonkel et Shivam Srivastava; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison)