La Bourse de Paris-Les valeurs du jour vendredi (clôture)

vendredi 16 octobre 2015 18h00
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 16 octobre (Reuters) - Les valeurs du jour vendredi à
la Bourse de Paris, qui a fini en hausse, toujours soutenue par
les espoirs d'un prolongement des politiques monétaires de
soutien économique aux Etats-Unis, en Europe et en Chine.
    Le CAC 40 a fini en hausse de 0,59% à 4.702,79
points. Sur la semaine, l'indice phare de la Bourse de Paris est
pratiquement stable avec un gain de 0,03%.
        
    * MONTUPET (+14,9% à 71,16 euros), dont la
cotation avait été suspendue à sa demande jeudi, a bondi en tête
du SBF 120 au lendemain de l'annonce du projet de
rachat de l'équipementier automobile par son concurrent canadien
Linamar au prix de 71,53 euros par action.
 
    
    * CARREFOUR a progressé de 6,6% à 28,98 euros,
plus forte hausse du CAC 40, après avoir vu sa dynamique
s'accélérer au troisième trimestre grâce à un redressement
marqué en Europe du Sud et une performance toujours solide au
Brésil, son deuxième marché. 
    
    * VEOLIA ENVIRONNEMENT a grimpé de 2,43% à 20,46
euros. Des analystes estiment que le groupe est en mesure de
dépasser ses objectifs annuels et de mener à bien son
redressement.
    
    * Les VALEURS FINANCIÈRES ont profité des espoirs d'un
prolongement des conditions monétaires accommodantes.
    SOCIETE GENERALE s'est adjugée 1,94% à 42,055
euros, BNP PARIBAS 1,89% à 54,99 euros, AXA 
1,78% à 22,81 euros et CREDIT AGRICOLE 1,23% à 11,095
euros.
    
    * Le secteur européen de la SANTÉ (+1,84%) a signé
la meilleure performance sectorielle en Europe dans le sillage
de la hausse des valeurs pharmaceutiques américaines la veille.
    ADOCIA a fini en hausse de 6,23% à 73,47 euros. La
valeur est également repassée au-dessus de sa moyenne mobile à
200 jours, à 70,539 euros, après un rebond sur un support
technique vers 67 euros la veille à la suite de sa publication
trimestrielle.
    GENFIT s'est octroyée 2,31% à 37,14 euros et IPSEN
 2,17% à 54,13 euros.
    
    * En revanche, les VALEURS du LUXE ont pâti de
l'avertissement sur résultats lancé par l'allemand Hugo Boss
, qui a entretenu la défiance à l'égard du secteur,
une des principales victimes du ralentissement économique dans
les pays émergents. 
    KERING a perdu 2,79% à 150 euros, plus forte
baisse du CAC 40, LVMH 1,09% à 158,65 euros et HERMES
 0,81% à 332,55 euros.
    
    * RÉMY COINTREAU a baissé de 2,44% à 60 euros
après un début de séance en hausse. Le groupe a limité la baisse
de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre de son exercice
décalé mais le titre a subi des prises de bénéfices après une
surperformance récente et a également pâti de l'avertissement
d'Hugo Boss. 
    
    * TECHNIP a lâché 2,05% à 46,05 euros et VALLOUREC
 1,63% à 10,53 euros après que Schlumberger 
(-3,87% vers 18h), numéro un mondial des services au secteur
pétrolier, a annoncé ne pas prévoir de reprise de la demande
avant 2017. 
    
    * REXEL a perdu 2,73% à 11,75 euros et SCHNEIDER
ELECTRIC 2,26% à 50,25 euros. L'américain Emerson
Electric (-2,71% vers 18h) a fait état d'un recul de 16%
des commandes sur la période de trois mois close en septembre en
raison, notamment, de la faiblesse de la demande en Chine.
    
    * NEXANS a pris 3,65% à 35,05 euros. Le groupe a
indiqué que la poursuite de sa restructuration aurait à nouveau
un effet positif sur ses marges d'ici la fin de l'année.
 
        
    * VIRBAC (+10,44% à 178,80 euros) a signé l'une
des plus fortes hausses de l'indice CAC Mid & Small 
dans des volumes nourris. Les investisseurs misent sur une
prochaine reprise de l'activité du laboratoire spécialisé dans
la santé animale au lendemain de l'annonce de ses revenus
trimestriels. 
    
    * MAUNA KEA TECHNOLOGIES a cédé 5,2% à 2,55 euros
dans des volumes élevés. Le spécialiste de la biopsie optique a
confirmé les craintes du marché avec la publication de son
activité trimestrielle, une semaine après son avertissement sur
résultats. 
       

 (Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par
Dominique Rodriguez)