France-L'Assemblée élargit la taxe sur les transactions

vendredi 16 octobre 2015 12h35
 

PARIS, 16 octobre (Reuters) - Les députés français ont décidé d'élargir à compter de fin 2016 le champ de la taxe sur les transactions financières (TTF) en y intégrant les transactions dites "intraday", engagées et dénouées au cours d'une seule et même journée.

L'Assemblée, qui poursuivait vendredi l'examen de la première partie - celle des recettes - du projet de loi de finances (PLF) pour 2016, a entériné par 32 voix contre huit un amendement adopté par la commission des Finances.

Cet amendement avait été déposé par les "frondeurs" du groupe PS ainsi que par les groupes écologistes et Front de gauche dans le but, ont-ils dit, d'augmenter les ressources consacrées à la solidarité internationale.

Après de longs débats parfois animés au sein du groupe PS et une suspension de séance, les socialistes sont parvenus à un accord et décidé que la mesure s'appliquerait à partir du 31 décembre 2016 et non plus au 1er janvier 2016 comme le proposait initialement l'amendement.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a longuement plaidé contre l'amendement, faisant valoir que l'application de la mesure au 1er janvier prochain était irréalisable pour des raisons techniques et qu'il convenait de poursuivre les négociations sur une TTF au niveau européen.

Onze pays de l'Union européenne sont actuellement en discussion sur la mise en oeuvre d'une telle taxe et devraient annoncer le champ d'un accord le mois prochain.

Michel Sapin s'en est finalement remis "à la sagesse" de l'Assemblée sur l'amendement modifié reportant d'un an l'application de l'élargissement du champ de la TTF aux transactions dites "intraday".

Les groupes Les Républicains et UDI (centriste) ont voté contre. "Vous allez affaiblir le dispositif de la TTF", a dit Marie-Christine Dalloz (LR).

Une taxe sur les transactions financières limitée à l'acquisition d'actions de sociétés françaises est en place depuis 2012 en France. Son taux, fixé initialement à 0,1%, a été porté à 0,2% la même année par la nouvelle majorité de gauche.   Suite...