LEAD 1-France-Les cinq d'Air France poursuivis pour violences mis à pied

jeudi 15 octobre 2015 12h05
 

(Actualisé avec porte-parole d'Air France, contexte)

par Cyril Altmeyer

PARIS, 15 octobre (Reuters) - Les cinq salariés d'Air France soupçonnés d'être les auteurs des violences qui ont émaillé la réunion du comité central d'entreprise (CCE) du 5 octobre ont été mis à pied à titre conservatoire, a-t-on appris jeudi de source syndicale et auprès de la direction.

"Les cinq salariés ont été mis à pied", a indiqué un représentant de Sud.

Contactée par Reuters, Air France a fait savoir pour sa part que les procédures disciplinaires "suivaient leur cours".

"Les sanctions possibles, en vertu du code du travail, du règlement intérieur d'Air France et de la convention collective du transport aérien, peuvent aller de l'avertissement au licenciement", a indiqué un porte-parole. "Ces procédures concernent à ce stade une vingtaine de salariés."

Concernant les cinq personnes "identifiées par l'enquête interne comme étant les auteurs d'agressions", elles "ont été mises à pied à titre conservatoire sans solde, comme le veut la pratique en matière de faute lourde", a-t-il ajouté.

Les cinq salariés identifiés grâce aux images vidéo des violences seront jugés le 2 décembre prochain. Ils encourent jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Le 5 octobre dernier, le directeur des ressources humaines d'Air France et un responsable de l'activité long-courrier avaient été pris à partie par des salariés furieux après l'annonce de 2.900 suppressions de postes.   Suite...