Le gouvernement japonais plus pessimiste sur l'économie

mercredi 14 octobre 2015 09h23
 

TOKYO, 14 octobre (Reuters) - Le gouvernement japonais a révisé en baisse mercredi son appréciation de l'économie nippone au vu du fléchissement de la production industrielle, un signe inquiétant suggérant que la reprise cale avec le ralentissement de la demande provenant de l'extérieur du pays.

C'est la première fois depuis octobre 2014 que le gouvernement japonais revoit en baisse son appréciation sur l'économie locale.

Dans son rapport mensuel sur l'économie, le gouvernement s'est également montré plus pessimiste sur la production industrielle, sur fond de ralentissement de l'activité manufacturière et de progression des stocks.

"La tendance est à la reprise graduelle de l'économie mais il reste quelques secteurs où la faiblesse (persiste)", relève le gouvernement en soulignant le récent fléchissement de la production industrielle.

Le mois dernier, le gouvernement japonais avait évoqué un redémarrage de l'économie malgré quelques points de ralentissement de la reprise.

La production industrielle a contre toute attente reculé en août dans l'archipel, conduisant certains économistes à anticiper une contraction du produit intérieur brut (PIB) sur le trimestre juillet-septembre. L'économie nipponne se trouverait alors en situation de récession technique, après sa contraction du deuxième trimestre.

Le gouvernement observe une diminution des exportations, comme dans son précédent rapport, tandis que la consommation des ménages se maintient.

De leur côté, les dépenses d'investissement montrent des signes de reprise mais des économistes jugent que la tendance reste floue sur ce point, les données restant mitigées.

Ce tableau d'ensemble assez sombre accroît les enjeux de la prochaine réunion de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) et accentue l'attention portée sur les choix économiques du Premier ministre Shinzo Abe.

Les intervenants des marchés s'attendent à ce que la BoJ étende son programme d'assouplissement quantitatif (QE) lors de sa réunion du 30 octobre et révise en baisse ses prévisions de croissance et d'inflation.

Le Premier ministre a tenté d'insuffler un nouvel élan à son programme économique avec une série d'annonces sur l'amélioration du système de protection sociale et son adaptation au vieillissement accéléré de la population japonaise. Mais certains spécialistes craignent que les nouvelles mesures proposées par Shinzo Abe soient trop vagues et ne permettent pas de donner la nette impulsion escomptée. (Stanley White; Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)