BOURSE-Deutsche Bank grimpe, la menace d'un appel au marché s'éloigne

jeudi 8 octobre 2015 11h12
 

8 octobre (Reuters) - L'action Deutsche Bank s'est redressée en Bourse jeudi matin après une ouverture en baisse, le marché voulant croire à une avancée décisive dans la réorganisation du groupe après le sévère avertissement sur résultats annoncé la veille.

Le titre progresse de 1,49% à 25,86 euros vers 09h10 GMT, l'une des meilleures performances de l'indice paneuropéen Stoxx 50, après avoir ouvert en baisse de 2%.

La première banque allemande a fait savoir mercredi soir qu'elle accuserait une perte de 6,2 milliards d'euros au troisième trimestre, sous le coup de dépréciations massives notamment dans ses activités de banque d'investissement et au sein de sa filiale Postbank dont elle entend se séparer.

Le groupe mettra en outre de côté 1,2 milliard d'euros pour couvrir des coûts éventuels liés à des litiges et il envisage de réduire, voire de supprimer totalement le dividende au titre de 2015.

"Quand un groupe fait le ménage comme ça en une seule traite, cela contribue à lever les incertitudes. On peut parler d'une action décisive", commente Zeg Choudhry, directeur général du broker londonien Lontrad.

L'action restait sur une baisse de 23% ces six derniers mois, pénalisée par la lenteur des restructurations et la hausse des coûts liés aux nombreux litiges impliquant Deutsche Bank.

Pour les analystes de Kepler Cheuvreux, la dépréciation dans la banque d'investissement semble annoncer une réorganisation radicale et bienvenue de cette division, tandis que la mesure drastique sur le dividende éloigne le risque d'une augmentation de capital.

"La réduction ou l'omission du dividende est un facteur clairement négatif mais les investisseurs n'attendaient pas Deutsche Bank sur son dividende", estiment-ils dans une note.

"Garder l'argent pour renforcer les capitaux est probablement la voie privilégiée."

La banque a assuré mercredi que les nouvelles dépréciations n'auraient pas d'impact sur le ratio de solvabilité, attendu à 11% pour le troisième trimestre selon les nouvelles normes européennes les plus strictes.

Le nouveau président du directoire, John Cryan, qui a pris la tête de Deutsche Bank en juillet en annonçant son intention de réduire les coûts, envisage 23.000 suppressions de postes, soit une diminution d'un quart des effectifs du groupe, en incluant la scission de Postbank, avaient dit des sources à Reuters le mois dernier. (Sudip Kar-Gupta et Alasdair Pal, Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français)