** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

jeudi 8 octobre 2015 07h54
 

PARIS/LONDRES, 8 octobre (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues peu changées à l'ouverture jeudi, après une série de quatre séances de hausse.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner de 0,1% à 0,2% à l'ouverture tandis que le Dax à Francfort et le FTSE à Londres seraient stables.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avait déjà commencé à se stabiliser mercredi après-midi, réduisant son avance à 0,12% en clôture après avoir pris auparavant jusqu'à 1%, à un plus haut d'un mois.

Deutsche Bank sera à suivre après l'annonce d'une perte probable de six milliards d'euros au troisième trimestre, sous le coup de dépréciations massives.

En mode rattrapage après une semaine de congés, les marchés chinois ont repris en nette hausse jeudi mais la Bourse de Tokyo perd près de 1% peu avant la clôture et l'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon cède autour de 0,5% après six séances de hausse.

Wall Street de son côté a fini en hausse mercredi avec un gain de 0,80% pour le Standard & Poor's 500, à un plus haut de trois semaines.

Le dollar, toujours fragilisé par les chiffres de l'emploi américain de vendredi qui ont repoussé les anticipations de hausse des taux de la Réserve fédérale, recule légèrement face au yen et à l'euro.

La Fed pourrait apporter quelques indications sur ses intentions dans le compte rendu de sa réunion de politique monétaire de septembre, qui sera publié à 18h00 GMT. "Beaucoup d'intervenants du marché n'attendent plus de hausse de taux avant mars 2016 mais les responsables de la Fed, eux, continuent d'évoquer la possibilité d'un resserrement avant la fin de l'année", note Marc Chandler, responsable de la stratégie forex chez Brown Brothers Harriman.

La Banque centrale européenne pourrait elle aussi publier dans la journée les "minutes" de sa réunion de septembre, où les investisseurs chercheront des indications sur un éventuel nouvel assouplissement de sa politique.   Suite...