France-Hollande annonce une future carte Vitale "pour la vie"

mardi 6 octobre 2015 19h42
 

PARIS, 6 octobre (Reuters) - François Hollande a annoncé mardi la mise en oeuvre prochaine d'une carte Vitale "pour la vie", une mesure de simplification liée à la "protection universelle maladie" prévue par le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2016.

"Le progrès, ce sera la continuité de la couverture et la simplification très profonde des démarches auprès des caisses", a déclaré le président français lors d'une manifestation organisée pour le 70e anniversaire de la Sécurité sociale.

"L'objectif, c'est d'avoir une carte Vitale pour toute sa vie dès lors qu'on réside en France (...) et d'avoir cette affiliation reconnue quels que soient les changements de métier", a-t-il ajouté.

François Hollande a par ailleurs mis en avant le futur "compte personnel d'activité" qui fusionnera selon lui le compte personnel de formation, le compte épargne temps et l'éventuel compte pénibilité.

"L'ambition, c'est de créer des liens entre des dispositifs qui sont trop compartimentés et c'est de donner plus de liberté dans l'usage et la gestion de ces droits", a-t-il dit.

La création de ce compte sera discutée lors de la conférence sociale du 19 octobre et formalisée dans une loi début 2016.

Un "compte de retraite unique" permettra en outre d'ici 2017 à chaque Français de connaître ses droits à tout moment, avec une procédure de liquidation unique quel que soit le parcours professionnel.

La première responsabilité du gouvernement vis-à-vis de la Sécurité sociale est la bonne gestion, a insisté François Hollande, en soulignant que l'objectif de dépenses d'assurance maladie serait tenu cette année pour la troisième année consécutive et que les comptes de retraites seraient équilibrés l'an prochain pour la première fois depuis douze ans.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, qui sera présenté mercredi au conseil des ministres, prévoit de ramener le déficit du régime général de 9,0 milliards d'euros cette année à 6,0 milliards l'an prochain.

En ajoutant le déficit du Fonds de solidarité vieillesse, le déficit serait réduit à 9,7 milliards fin 2016, après 12,8 milliards fin 2015. (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)