Sarkozy estime que la France est dans la "chienlit"

mardi 6 octobre 2015 14h07
 

PARIS, 6 octobre (Reuters) - Nicolas Sarkozy a qualifié mardi de "chienlit" la situation en France, évoquant notamment les incidents à Air France, la fusillade en Seine-Saint-Denis, la grève des médecins libéraux ou encore la crise de l'élevage.

"On n'est pas en 1793. On ne peut pas accepter que deux dirigeants soient au bord de se faire lyncher par des hommes en tenue de syndicaliste, avec des syndicats qui ont pignon sur rue et qui ont tous appelé à voter pour Hollande en 2012", a déclaré l'ex-chef de l'Etat devant le groupe Les Républicains de l'Assemblée nationale.

"C'est la chienlit, c'est le délitement de l'Etat", a ajouté le président des Républicains, selon des députés présents.

Le terme de "chienlit" pour décrire une situation de désordre public a été popularisé par le général de Gaulle lors des manifestations de mai 68. Il avait notamment déclaré :"La réforme, oui ; la chienlit, non".

Le Premier ministre Manuel Valls a apporté mardi un soutien appuyé à la direction d'Air France au lendemain des violences qui ont suivi l'annonce d'un plan de redressement de la compagnie aérienne française.

La ministre de la Justice Christiane Taubira a de son côté commandé un rapport sur la fusillade sanglante de Seine-Saint-Denis au cours de laquelle un policier a été grièvement blessé par un malfaiteur signalé pour radicalisation. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)