Air France-Plainte pour "violences aggravées" pendant son CCE

lundi 5 octobre 2015 12h10
 

PARIS, 5 octobre (Reuters) - Air France va déposer plainte pour "violences aggravées" dont ont été victimes lundi des membres de sa direction après l'interruption d'un comité central d'entreprise (CCE) par une centaine de salariés, a déclaré un porte-parole de la compagnie.

Des salariés d'Air France en colère ont malmené leur directeur des ressources humaines (DRH) Xavier Broseta après avoir envahi, au bout d'une heure de réunion, le CCE qui discutait de mesures drastiques pour redresser la compagnie, ont constaté des journalistes de Reuters.

"La direction d'Air France condamne fermement les violences physiques qui se sont déroulées en marge du CCE après qu'il a été interrompu", a dit un porte-parole de sa maison mère, Air France-KLM, sans confirmer l'identité des personnes visées.

"Ces violences sont le fait d'individus isolés particulièrement violents, alors même que la manifestation des personnels grévistes se déroulait jusqu'alors dans le calme", a-t-il ajouté. "Une plainte sera déposée pour violences aggravées".

L'ensemble des salariés d'Air France se sont mobilisés depuis ce week-end pour assurer à ses clients un service normal, a-t-il rappelé, précisant que la compagnie assurait l'ensemble de ses vols.

Air France a annoncé lundi aux représentants du personnel qu'elle comptait supprimer 2.900 postes et retirer 14 avions de sa flotte long-courrier d'ici 2017, dans le cadre d'un "plan B" mis en oeuvre après l'échec de ses discussions avec les pilotes, ont déclaré à Reuters deux sources syndicales. (Cyril Altmeyer, avec Simon Carraud à Roissy, édité par Jean-Michel Bélot)