L'Allemagne divisée sur les dernières propositions de la Grèce

vendredi 10 juillet 2015 16h19
 

par Michael Nienaber

BERLIN, 10 juillet (Reuters) - Les partis de la coalition gouvernementale allemande sont apparus divisés vendredi sur les dernières propositions d'Athènes en vue de sortir de la crise sur la dette grecque.

Le Parti social-démocrate (SPD) a salué les concessions d'Alexis Tsipras sur le système fiscal, les retraites, les dépenses militaires et les privatisations, estimant que le Premier ministre grec montre ainsi qu'il entend sérieusement mener les réformes réclamées par ses partenaires européens.

"C'est un grand pas en avant, même s'il aurait dû être fait depuis longtemps déjà", a dit à Reuters le député SPD Axel Schäfer, ajoutant qu'une sortie de la Grèce de la zone euro serait une "folie".

Mais, dans le camp conservateur de la chancelière Angela Merkel, on s'interroge sur la volonté du gouvernement grec de mener vraiment les réformes proposées.

"Quelle crédibilité accorder à cette liste de réformes et sera-t-elle véritablement mise en oeuvre ?", s'est ainsi demandé Ralph Brinkhaus, vice-président du groupe parlementaire CDU-CSU au Bundestag.

Pour le député Hans-Peter Friedrich, membre influent de l'Union chrétienne-sociale (CSU), alliée bavaroise de la CDU, les réformes proposées par le gouvernement grec sont insuffisantes pour entamer des négociations sur un nouveau plan d'aide. Il estime qu'Athènes doit revenir à la drachme.

"Cela ne constitue pas une base de négociations. Je pense que la Grèce a besoin d'un nouveau départ avec sa propre monnaie et avec l'aide sincère de tous ses partenaires européens", a-t-il dit à Reuters.

Il s'en est par ailleurs pris à François Hollande, qui a jugé les dernières propositions grecques sérieuses et crédibles.   Suite...