Grèce-Merkel réaffirme qu'une décote "classique" est exclue

jeudi 9 juillet 2015 14h37
 

SARAJEVO, 9 juillet (Reuters) - La chancelière allemande, Angela Merkel, a réaffirmé jeudi, dans la capital bosniaque, qu'une décote "classique" sur la dette grecque vis-à-vis de ses créanciers européens était hors de question.

"En 2012, nous avons traité le problème de la viabilité de la dette. Nous avons allongé les maturités, nous avons repoussé les échéances de remboursement des prêts du FESF (le fonds de sauvetage de l'UE) jusqu'en 2020. Nous n'abordons donc pas la question de la viabilité de la dette pour la première fois", a-t-elle dit en réponse à une question au sujet des divergences entre Berlin et le Fonds monétaire international (FMI) concernant la question d'une décote ("haircut") de la dette de la Grèce.

"J'ai dit qu'une décote classique était hors de question pour moi et cela n'a pas changé entre hier et aujourd'hui."

Cette déclaration fait suite à une prise de position de la directrice général du FMI, Christine Lagarde, qui a insisté mercredi soir sur la nécessité d'une restructuration de la dette grecque.

La Grèce doit présenter ce jeudi ses ultimes propositions de réformes pour tenter de convaincre ses partenaires de la zone euro de débloquer une nouvelle aide financière et lui éviter ainsi la faillite et une sortie de la zone euro. (Andreas Rinke, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)