Libération en vue de Julie Hamp, cadre démissionnaire de Toyota

mardi 7 juillet 2015 11h05
 

TOKYO, 7 juillet (Reuters) - Le parquet de Tokyo projette de libérer l'ancienne directrice de la communication de Toyota Julie Hamp, arrêtée le mois dernier en raison de soupçons d'importation illégale d'antalgiques opioïdes au Japon, a rapporté mardi l'agence Kyodo.

Selon le quotidien Yomiuri, Julie Hamp ne devrait pas faire l'objet de poursuites, les procureurs ayant relevé le défaut d'intention criminelle dans le dossier, qui concerne un colis adressé par un proche contenant des comprimés d'oxycodone destinés à soulager des douleurs articulaires.

D'après Kyodo, Julie Hamp doit être libérée mercredi sans être inculpée.

Une porte-parole du parquet de Tokyo a refusé de commenter ces informations de presse.

Julie Hamp, citoyenne américaine, première femme à occuper un poste de direction chez le constructeur automobile japonais, a démissionné mercredi dernier, trois mois après sa nomination.

Selon différents médias de l'archipel ayant cité des sources policières, 57 comprimés d'oxycodone avaient été découverts par les douanes japonaises dans un colis sur lequel figurait la mention "colliers", expédié des Etats-Unis et adressé à Julie Hamp au Japon et qui contenait également des colliers et des pendentifs. (Chris Gallagher, Kiyoshi Takenaka et Minami Funakoshi; Myriam Rivet pour le service français, édité par Marc Angrand)