LEAD 1-La Grèce et Toshiba plombent la Bourse de Tokyo (-2,08%)

lundi 6 juillet 2015 08h29
 

TOKYO, 6 juillet (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse de 2,08% lundi après la nette victoire du "non" au référendum grec sur les mesures d'austérité qui menace de déclencher une crise majeure au sein de la zone euro.

L'indice Nikkei a perdu 427,67 points à 20.112,12, sous la pression des valeurs financières, et le Topix, plus large, a cédé 31,73 points (1,92%) à 1.620,36 après être tombé en séance à un plus bas de sept semaines de 1.620,36.

Le Nikkei avait reculé de son côté jusqu'à 20.012 points dans l'après-midi. Les deux indices ont toutefois fini au-dessus de leurs plus bas après l'annonce de la démission du ministre grec des Finances Yanis Varoufakis qui pourrait ouvrir la voie à un compromis avant la tenue, mardi, d'un sommet européen extraordinaire.

"C'est un problème grave pour la Grèce. Mais la plupart des gens estiment que l'impact sur l'économie mondiale et sur le marché japonais sera limité", commente Norihiro Fukito, spécialiste de l'investissement chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities. "Contrairement à la crise européenne en 2011 et 2012, la BCE a installé cette fois un important filet de sécurité", ajoute-t-il.

Le résultat du vote grec a fait reculer l'euro sur le marché des changes, au profit du yen qui a également profité d'achats refuge face au dollar pour remonter jusqu'à 121,70 pour un dollar contre 122,775.

Les financières ayant une exposition en Europe ont cédé du terrain dans la crainte de tensions sur les taux obligataires, à l'image de Mitsubishi UFJ Financial Group et de Mizuho Financial Group qui ont perdu 3%.

La vigueur du yen a par ailleurs pesé sur les valeurs exportatrices comme Panasonic (-2,70%) ou Honda (-1,83%).

Egalement à la peine, Toshiba a décroché de 2,69% en réaction à des informations selon lesquelles l'enquête en cours sur les pratiques comptables du groupe industriel ont révélé de nouvelles irrégularités qui pourraient le contraindre à réduire ses résultats passés de plus de 100 milliards de yens (732 millions d'euros), plus de deux fois l'estimation initiale, (Ayai Tomisawa, Véronique Tison et Pierre Serisier pour le service français)