Ghosn prédit la fin du taxi dans 20 ans avec la voiture autonome

samedi 4 juillet 2015 17h00
 

AIX-EN-PROVENCE, 4 juillet (Reuters) - Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan , a estimé samedi que la voiture autonome remplacerait les taxis dans nos rues d'ici deux décennies, à condition que leur circulation obtienne le feu vert des autorités.

Compte tenu de l'évolution technologique, avec le développement des voitures autonomes, avec le développement à terme des voitures sans chauffeur, moi je peux vous dire déjà que dans vingt ans il n'y aura plus de taxis, enfin il n'y aura plus personne dans les taxis, c'est une réalité", a-t-il déclaré au cours d'un débat organisé aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

"Aujourd'hui, ce qui limite le développement des voitures autonomes ou des voitures sans conducteur, c'est le régulateur", a poursuivi Carlos Ghosn. "Aujourd'hui, quand vous conduisez une voiture, vous n'avez pas le droit d'enlever les mains du volant, vous n'avez pas le droit de lever les yeux de la route."

La réglementation actuellement en vigueur oblige en effet le conducteur à rester à tout moment maître de son véhicule, même si celui-ci est en fait piloté grâce à l'ordinateur et aux capteurs embarqués.

"Aujourd'hui le développement technologique se fait plus vite que l'acceptation de ce développement technologique", a souligné le PDG de Renault-Nissan. "Dans un délai de dix ans, les voitures sans conducteur seront techniquement prêtes. Est-ce que celui qui fait les réglementations va (les) autoriser, c'est une autre affaire."

Parallèlement aux discussions sur l'évolution des textes réglementaires, de la signalisation et des codes d'assurances, la plupart des constructeurs et des équipementiers automobiles testent en ce moment des technologies devant permettre à une voiture de se déplacer sans intervention humaine d'ici les années 2020.

La circulation de ce type de véhicule débutera probablement d'abord sur des portions bien délimitées du réseau en périphérie urbaine, là où les intersections sont moins nombreuses, les vitesses modérées et les embouteillages les plus fréquents.

Google, précurseur avec sa Google Car, doit procéder à des tests grandeur nature sur la voie publique à partir de cet été mais ses prototypes seront équipés d'un volant et de pédales de frein et d'accélérateur, contrairement aux projets initiaux du groupe de Mountain View.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, avec Gilles Guillaume, édité par Marc Angrand)