LEAD 2-France-Prison avec sursis requise contre Pérol

jeudi 2 juillet 2015 19h08
 

* Le niveau de responsabilité, facteur aggravant pour le parquet

* L'avocat de Pérol évoque un dossier "vide de preuves" (Actualisé avec date délibéré §3 et détails §16)

par Chine Labbé

PARIS, 2 juillet (Reuters) - Le Parquet national financier (PNF) a requis jeudi la condamnation de François Pérol, président du directoire de BPCE, à deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende pour prise illégale d'intérêts.

Il a également demandé que soit prononcée à son encontre une interdiction définitive d'exercer toute fonction publique. Le tribunal rendra son jugement le 24 septembre.

L'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée auprès de Nicolas Sarkozy est soupçonné d'avoir pris en 2009 la tête de BPCE, maison mère de la banque Natixis, après avoir été associé "de manière étroite" aux négociations sur la fusion des Banques populaires et des Caisses d'épargne.

"Au regard des fonctions effectivement exercées par François Pérol (...) et alors que son intervention ne se situait pas dans un processus formalisé de décision administrative, ce dernier a bien participé à l'ensemble des décisions prises par les différents services de l'Etat", a déclaré jeudi le procureur, Ulrika Delaunay-Weiss.

"Il faut donc rétablir le sens, l'ordre des valeurs et dire le droit", a-t-elle ajouté. "Rien ne vient justifier l'entorse commise. Elle n'en est que plus grave", a-t-elle conclu, retenant comme "facteur aggravant" le niveau de responsabilité de François Pérol, qui "appelait une exemplarité sans faille".

Pour Ulrika Delaunay-Weiss, le rapprochement des deux banques est devenu à l'époque des faits un "sujet présidentiel".   Suite...