** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

jeudi 2 juillet 2015 07h50
 

2 juillet (Reuters) - Les places européennes sont attendues en baisse jeudi en ouverture, réagissant aux dernières péripéties du dossier grec où chaque lueur d'espoir d'un prochain accord semble aussitôt contrariée par les déclarations des uns et des autres.

Au vu des premières indications disponibles, l'indice parisien CAC 40 perdrait autour de 0,1% en ouverture, tandis que le FTSE 100 londonien cèderait 0,4% et le Dax-30 allemand lâcherait 0,2%.

Les Bourses européennes avaient nettement rebondi mercredi, le gouvernement grec semblant lâcher du lest face aux exigences de ses créanciers, mais avaient réduit leurs gains en fin de séance après que le Premier ministre grec Alexis Tsipras eut finalement réitéré son appel à voter "non" aux propositions des créanciers de la Grèce lors du référendum de dimanche qui pourrait décider de l'avenir européen du pays.

Moins de 24 heures après avoir écrit aux bailleurs de fonds internationaux que la Grèce était susceptible d'accepter leur dernier projet d'accord, sous réserve de quelques modifications, Alexis Tsipras a réaffirmé que le pays faisait l'objet d'un "chantage", démentant les rumeurs de report, voire d'annulation, du référendum.

Wall street a terminé en hausse une séance instable, ne pouvant d'un côté passer outre les répercussions négatives de la crise grecque mais profitant toutefois de bons indicateurs économiques, à savoir les créations d'emplois dans le secteur privé et l'indice manufacturier ISM.

La question grecque et un marché boursier chinois morose freinent pour leur part la progression des places asiatiques, qui affichent pour l'instant une troisième hausse d'affilée toutefois.

L'indice MSCI pour l'Asie-pacifique hors Japon était en légère hausse dans des échanges là encore heurtés. A Tokyo, le Nikkei inscrit une bonne hausse, soutenu par l'affaiblissement du yen face au billet vert.

Les indicateurs américains du jour, et notamment la statistique de l'emploi de juin, nourrissent les anticipations d'un futur resserrement monétaire de la part de la Réserve fédérale dans le courant de l'année, ce qui contribue à la résistance du dollar, également face à l'euro, plombé par l'impasse grecque.

Sur le marché pétrolier, le brut texan se stabilise après avoir perdu 4% la veille à l'annonce d'une augmentation des stocks aux Etats-Unis pour la première fois en plus de deux mois.   Suite...