Un tribunal remet sur les rails la réorganisation de Samsung

mercredi 1 juillet 2015 11h46
 

SEOUL, 1er juillet (Reuters) - Un tribunal sud-coréen a, sans surprise, rejeté une requête déposée il y a deux semaines par un fonds spéculatif activiste américain visant à bloquer un projet de fusion entre deux entreprises du groupe Samsung Group destiné à renforcer le contrôle de la famille Lee sur le conglomérat.

Elliott Associates, qui détient 7,1% du groupe de construction Samsung C&T Corp, estime que l'offre en action lancée fin mai par Cheil Industries Inc, la holding de contrôle effective de Samsung Group, sous-évalue l'entreprise.

Comme Samsung C&T porte une participation clef dans Samsung Electronics, la division phare du conglomérat, cette transaction s'inscrit dans la volonté des héritiers Lee Kun-hee, le patriarche à la santé défaillante qui occupe la tête du plus important conglomérat sud-coréen, d'en garder le contrôle.

Le jugement de ce tribunal de Séoul contre le fonds américain était largement attendu puisqu'investisseurs et analystes avaient dans leur grande majorité estimé que les termes du rapprochement projeté étaient conformes à la réglementation du pays.

"Le jugement du tribunal valide la justesse des ratios de fusion et affirme que les conditions juridiques ont été remplies", précise dans un communiqué Samsung C&T.

Il n'en demeure pas moins que l'activisme d'Elliott -- qui n'a révélé sa participation dans Samsung C&T que le mois dernier -- a secoué un monde des entreprises sud-coréen surtout caractérisé par l'opacité d'empires familiaux.

Le vote des actionnaires de Samsung C&T sur le projet de rachat de Cheil est prévu le 17 juillet et le résultat en est loin d'être acquis.

Outre Elliott, devenu le troisième actionnaire de C&T, d'autres investisseurs, dont Aberdeen Asset Management, APG Asset Management et Ilsung Pharmaceutical, se sont également publiquement exprimés contre la transaction.

Il faut qu'au moins les deux tiers des actionnaires de Samsung C&T se prononcent en faveur du projet de rachat de Cheil pour qu'il soit validé.

Elliott a dit qu'il allait continuer à essayer de bloquer la transaction. (Sohee Kim, Se Young Lee, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)