SYNTHESE 2-La Grèce s'en remet à la zone euro après son défaut

mercredi 1 juillet 2015 10h58
 

par Lefteris Karagiannopoulos et Paul Taylor

ATHENES/BRUXELLES, 1er juillet (Reuters) - La Grèce comptait mercredi sur ses partenaires de la zone euro et la Banque centrale européenne pour rester à flot après avoir fait défaut sur un prêt dû au Fonds monétaire international (FMI) et alors qu'elle ne peut plus compter sur les aides liées à son deuxième plan de sauvetage financier.

Ce deuxième plan d'aide négocié entre la Grèce et ses créanciers en échange de mesures d'austérité et de réformes économiques et sociales est devenu caduc mardi soir et avec lui le déblocage des dernières tranches de financement.

De même, avec le défaut de paiement constaté par le FMI peu après minuit (22h00 GMT), Athènes n'aura plus accès à des financements de cet organisme tant qu'elle n'aura pas réglé son arriéré, qui se monte à quelque 1,6 milliard d'euros.

Les ministres des Finances de la zone euro, réunis au sein de l'Eurogroupe, ont prévu une téléconférence à 15h30 GMT.

Les nouvelles propositions d'Athènes pour tenter de sortir de l'impasse - demande d'un prêt sur deux ans et rééchelonnement de la dette - doivent y être passées au crible.

Si la Grèce se voit accorder un prêt, Syriza, le parti de la gauche radicale du Premier ministre Alexis Tsipras, pourrait même appeler les Grecs à voter "oui" au référendum prévu dimanche pour ou contre les propositions des créanciers, selon ce qu'aurait dit le ministre des Finances Yanis Varoufakis à ses collègues de l'Eurogroupe, ont indiqué des participants à la réunion de l'Eurogroupe de mardi soir.

Selon un sondage publié mercredi, le "non" l'emporterait dimanche en Grèce au référendum avec 54% des voix contre 33% pour le "oui", ce qui souligne que l'écart s'est réduit depuis que le gouvernement a dû décider de fermer les banques et imposer le contrôle des capitaux. Auparavant 57% des sondés étaient pour le "non".

Mardi soir, plusieurs milliers de Grecs partisans du "oui" se sont rassemblées place Syntagma devant le Parlement pour appeler à voter en ce sens au référendum.   Suite...