UE-Cameron amorce prudemment la négociation de son référendum

vendredi 26 juin 2015 03h40
 

BRUXELLES, 26 juin (Reuters) - Le Premier ministre britannique David Cameron a amorcé prudemment dans la nuit de jeudi à vendredi les négociations qu'il entend mener pour réformer l'Union européenne avant d'organiser, d'ici la fin 2017, un référendum sur le maintien de son pays dans le bloc européen.

Loin de poser des lignes rouges ou des exigences à ses pairs réunis en sommet à Bruxelles, le dirigeant conservateur s'est contenté de lancer formellement le processus de négociation, une "étape importante" selon lui, mais qui en dit encore peu sur ses intentions.

La question de la réforme de l'UE n'a pas donné lieu à de grands débats autour de la table du Conseil, la crise grecque et celle des migrants l'ayant fait passer au second plan.

"La nuit a été longue et nous avons débattu de sujets très importants, mais avant tout, je suis ravi que le processus de réforme, de renégociation et du référendum que nous allons organiser (...) soit convenablement engagé", a déclaré le Premier ministre britannique lors d'une conférence de presse au milieu de la nuit.

François Hollande, qui s'exprimait en parallèle à l'issue de cette première journée marathon du Conseil européen, a déclaré que le Premier ministre britannique avait évoqué "des aménagements dont on ne sait pas encore quel serait le contenu exact ou les conséquences juridiques".

"Il y a aura donc un rapport d'étape qui sera présenté par le président du conseil européen en octobre sur ce sujet", a ajouté le président français.

Selon des sources gouvernementales britanniques, David Cameron pourrait se satisfaire d'une promesse de réforme des traités européens avant le référendum, et non exiger que les traités soient effectivement modifiés d'ici fin 2017.

"Les réformes que nous demandons requièrent une modification des traités européens. Il faudra qu'il y ait un accord sur cette modification avant le référendum", a déclaré une des sources.

  Suite...