Les exigences des créanciers "absurdes", selon un ministre grec

mercredi 24 juin 2015 17h30
 

ATHENES, 24 juin (Reuters) - Un ministre du gouvernement grec de gauche radicale a qualifié d'"absurdes" les nouvelles exigences présentées mercredi par les créanciers internationaux de la Grèce, selon un responsable du parti Syriza au pouvoir.

Ces propos, tenus devant une commission politique où étaient représentés les différents courants du parti, attestent de l'opposition à laquelle le Premier ministre Alexis Tsipras risque d'être confronté devant le Parlement lorsqu'il s'agira de lui présenter un compromis.

Ce dernier doit être approuvé par les députés grecs d'ici mardi, jour où la Grèce doit rembourser 1,6 milliards d'euros au Fonds monétaire international (FMI).

Le ministre d'Etat Alekos Flabouraris, considéré comme un proche de Tsipras, a dit à la commission politique de Syriza que le gouvernement voulait un "accord honorable qui toucherait les hauts revenus plutôt que les pauvres". (Karolina Tagaris et James Mackenzie; Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Patrick Vignal)