E.ON veut céder $2mds d'actifs en mer du Nord et en Algérie-sces

mardi 23 juin 2015 17h31
 

LONDRES, 23 juin (Reuters) - E.ON compte céder ses actifs pétroliers et gaziers en mer du Nord et en Algérie dans le cadre de sa restructuration et espère ainsi lever environ deux milliards de dollars (1,8 milliard d'euros), selon plusieurs sources bancaires.

Le géant allemand de l'énergie a permis à plusieurs acquéreurs potentiels de consulter des données concernant ses actifs internationaux dans l'exploration-production (E&P) avant le lancement officiel de la vente, attendu dans les prochaines semaines, ont déclaré des sources bancaires et industrielles.

La cession, qui se fera sous la forme d'enchères et ne concernera pas les actifs russes, est gérée par Bank of America Merril Lynch, selon les sources.

E.ON s'est abstenu de tout commentaire sur le lancement de la procédure de cession, indiquant qu'il procédait à une analyse stratégique de son activité E&P en mer du Nord.

"L'examen est en cours et prendra en compte les perspectives decette activité y compris, par exemple, une vente", a déclaré un porte-parole.

Dans son ensemble, l'activité E&P d'E.ON a généré l'an dernier un Ebitda (bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciations et amortissements) de 1,1 milliard de dollars, dont la majeure partie provient des actifs de mer du Nord.

Les actifs dont E.ON envisage la cession pourraient atteindre un prix de deux milliards de dollars, même si les évaluations des acquéreurs et des vendeurs ont beaucoup varié ces derniers mois du fait de la chute des cours pétroliers.

Des dizaines de groupes pétroliers et gaziers tentent en effet de se dessaisir d'actifs en mer du Nord afin de limiter leurs investissements face à la baisse des cours des hydrocarbures ces derniers mois.

Plus de 110 milliards de dollars d'actifs de la mer du Nord étaient sur le marché au début de l'année mais peu de transactions arrivent à terme.

E.ON, premier groupe allemand de services aux collectivités, a décidé l'an dernier de scinder certaines de ses activités pour se concentrer sur les énergies renouvelables. (Ron Bousso, Freya Berry et Christoph Steitz; Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)