GRAPHIQUE-France-Les taux et la Grèce plombent à nouveau les fonds en mai

mercredi 24 juin 2015 11h08
 

* Les fonds obligataires ralentissent à +3,4% sur
janvier-mai
    * Recul des gestions en obligations souveraines de la zone
euro
    * L'ensemble des fonds ralentit à +8,4% vs +9,6% sur
janvier-avril
    * La collecte encore au rendez-vous en mai sur l'obligataire
    * Mais ces souscriptions s'essoufflent

    par Alexandre Boksenbaum-Granier
    PARIS, 24 juin (Reuters) - Les fonds commercialisés en
France ont vu leur performance ralentir en mai, plombés par les
gestions spécialisées dans l'obligataire et plus
particulièrement dans les emprunts d'Etats de la zone euro, dans
un marché rendu plus volatil par la crise grecque.
    Le taux à 10 ans de l'Emprunt d'Etat allemand a
rebondi entre mi-avril et début mai pour passer de 0,049% à
0,796% avant d'enregistrer une seconde accélération au début du
mois de juin jusqu'à dépasser 1% (1,059% le 10 juin).
    "Les marchés obligataires européens se sont repliés au cours
de la première quinzaine du mois de juin. La chute initiale a
été provoquée par la hausse des rendements des obligations
d'Etat, alors qu'au cours des dernières semaines, les
inquiétudes d'un 'Grexit' ont pesé sur les actifs à risque y
compris les titres souverains périphériques", observe dans sa
dernière note Muzinich & Co.
    "Les spreads des obligations périphériques, d'Espagne en
particulier, se sont récemment écartés à cause de la crainte
d'un défaut de la Grèce et de sa contagion possible", constate
la société de gestion.
    Graphique des spreads de taux en zone euro:
    bit.ly/1GlSqm2
    
    Les craintes d'un défaut de paiement de la Grèce associées à
la perspective d'une sortie de la Grèce de la zone euro et ses
conséquences sur l'avenir de la région ont secoué les marchés
financiers ces dernières semaines, les marchés actions
n'échappant pas également à ce regain de volatilité.
    L'indice SBF 120 dividendes réinvestis a ainsi fait
le yoyo entre 7.900 et 8.600 points depuis fin avril.
    
    "MOUVEMENTS TECHNIQUES"
    Cette semaine les Bourses de la zone euro ont repris des
couleurs sur fond d'espoirs d'un accord dans le dossier grec
suite aux nouvelles propositions de réformes du gouvernement
d'Alexis Tsipras.    
    Outre les inquiétudes entourant la Grèce, le marché de taux
est également animé par des éléments techniques, soulignent
plusieurs gérants. 
    "A l'instar de la baisse de fin avril, les volumes d'échange
sur les contrats à terme indiquent que la majorité des vendeurs
sont probablement des fonds spéculatifs et des gestions
techniques. La dynamique du marché est caractéristique des
mouvements techniques", commente Natixis AM dans les conclusions
de son dernier comité d'investissement mensuel.
    "La hausse des taux traduit surtout une augmentation de la
prime de terme inclue dans les taux réels", considère la filiale
de la banque Natixis.
    Conséquence de ces mouvements de marché, la performance des
fonds obligataires a ralenti à +3,37% sur janvier-mai (+5,14%
sur les quatre premiers mois de l'année) dans le sillage du
retournement des gestions en obligations souveraines de la zone
euro (-1,23% sur janvier-mai, contre +2,21% en janvier-avril),
montrent les données de Lipper, filiale de Thomson Reuters.
    En moyenne, l'ensemble des gestions commercialisées en
France a ralenti à +8,36% (+9,56% sur janvier-avril) malgré la
résistance des fonds investis en actions à +13,6% sur les cinq
premiers mois de l'année, contre +14,82% à fin avril.
    Sur le plan de la collecte, les souscriptions s'essoufflent
dans les fonds obligataires, à 819,90 millions d'euros en mai,
dont 666,71 millions dans les gestions euro, selon
EuroPerformance.
    Depuis le début de l'année les fonds obligataires ont
collecté 6,2 milliards d'euros, rappelle dans un extrait de sa
dernière note mensuelle l'agence spécialisée dans la mesure de
l'analyse de la performance des fonds d'investissement
européens.
    En revanche, les fonds actions ont subi 144,63 millions
d'euros de rachats en mai dans le sillage des retraits observés
dans les gestions en actions américaines (-805,88 millions
d'euros) au profit des OPCVM en titres européens (+704,62
millions).
    Au total, l'ensemble des fonds français a subi une
décollecte de 3,79 milliards d'euros le mois dernier, plombé par
les gestions de trésorerie (-6,48 milliards d'euros de
retraits).
    
        
    TABLEAU DE LA PERFORMANCE DES FONDS À FIN MAI
  Catégorie    Nombre   YTD    jan-avr  Sur un an   Volatilité
   d'actifs                             glissant    sur 3 ans
  -----------------------------------------------------------
 Alternatifs      643    2,52     2,65       5,71          9,29
 Obligataire    1.924    3,37     5,14      10,24          5,29
 Matières          35   -0,22     2,70     -13,83         11,39
 premières                                         
 Actions        3.800   13,60    14,82      22,38         13,87
 Diversifié     1.622    6,44     7,61      10,72          6,65
 Monétaire        443    1,58     1,67       4,21          1,83
 Autre             36    4,47     5,38       4,83         10,53
 Immobilier         1    0,00     0,00     -34,78         17,33
  -----------------------------------------------------------
 Total          8.504    8,36     9,56      15,00          9,63
 
    Source : Lipper IM
    (A l'exception du nombre de fonds, les données sont en %)
    
       
    LE POINT sur la gestion d'actifs en France 

 (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)