Les remous chinois n'effrayent pas les actionnaires de l'aéroport de Toulouse

mardi 23 juin 2015 16h50
 

TOULOUSE, 23 juin (Reuters) - Les actionnaires locaux de l'aéroport de Toulouse-Blagnac se sont voulus rassurants mardi après l'annonce de la disparition de Mike Poon, co-fondateur de Friedman Pacific Asset Management, société membre du consortium Symbiose qui a racheté en avril dernier 49,99% des parts de l'Etat dans le capital du site.

Le titre China Aircraft Leasing Group Holding Ltd (Calc) , un gros client d'Airbus dont Mike Poon est le PDG, a plongé après que le groupe s'est déclaré incapable de joindre son directeur général, qui a annoncé sa démission le 17 juin.

Selon le quotidien South China Morning Post, qui cite des sources connaissant bien le groupe, l'homme a disparu il y a plus d'un mois et son nom aurait été cité dans une enquête pour corruption menée auprès de l'une des compagnies clientes de Calc, China Southern Airlines.

Le dirigeant chinois préside également Casil Europe, la société de droit français créée par le consortium Symbiose pour l'opération de rachat de 49,99% des parts de l'Etat dans la société Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB).

Pour Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance d'ATB, la démission de Mike Poon de la société Calc n'a "aucun impact sur la gestion et l'activité de l'aéroport toulousain".

"Nous n'avons aucune relation d'affaires avec Calc", a-t-elle expliqué. "Les nouveaux actionnaires sont Shandong Hi-Speed Group et FPAM et la gestion est assurée par le directoire."

Alain Di Crescenzo, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, deuxième actionnaire à hauteur de 25% de la société ATB a dit mardi à Reuters que cette disparition, qu'il ignorait, n'avait "aucune conséquence" pour l'aéroport.

"La transaction a été faite, les équipes et la gouvernance sont en place et les opérations, dans lesquelles n'intervient pas Mike Poon, sont lancées", a-t-il déclaré.

  Suite...