LEAD 2-Applied Materials et Tokyo Electron renoncent à leur fusion

lundi 27 avril 2015 16h57
 

(Actualisé avec cours de Bourse)

TOKYO, 27 avril (Reuters) - Applied Materials et Tokyo Electron ont annoncé lundi l'abandon de leur projet de fusion de quelque 10 milliards de dollars, en raison des problèmes de concurrence soulevés par les autorités américaines.

Vers 14h55 GMT, le titre Applied Materials perdait 6,70% à 20,34 dollars, accusant la plus forte baisse d'un S&P 500 en hausse de 0,18%.

L'américain Applied Materials, leader mondial des équipementiers pour l'industrie des semi-conducteurs, et son concurrent japonais, numéro trois du secteur, avaient décidé en septembre 2013 de fusionner via un échange d'actions pour faire face au ralentissement de la demande pour leurs produits et aux difficultés croissantes de dégager des bénéfices dans le secteur.

Un rapprochement entre les deux entreprises aurait donné naissance à une entité pesant plus de 38,5 milliards de dollars (35,4 milliards d'euros) en Bourse.

Elles ont renoncé à ce projet après avoir été informés par le département américain de la Justice (DoJ) que leurs propositions pour mener à bien ce rapprochement ne suffiraient pas à compenser l'affaiblissement de la concurrence généré par cet éventuel mariage.

"A partir de la position exprimée par le DoJ, Applied Materials et Tokyo Electron ont déterminé qu'il n'y avait pas de perspective réaliste pour la concrétisation de leur fusion", déclare Applied Materials dans un communiqué.

Les deux parties se sont entendues pour ne verser aucune pénalité et elles vont toutes deux lancer des programmes de rachat d'actions.

Applied Materials, Tokyo Electron et le néerlandais ASML Holding sont les trois principaux acteurs d'une industrie qui s'est engagée dans un processus de consolidation, via des alliances et des acquisitions, en raison de la hausse de ses coûts, liés au développement d'une technologie de pointe, et du ralentissement de la demande pour les semi-conducteurs.

La plupart des fabricants américains de puces électroniques ont réduit ou gelé une partie de leurs capacités de production et ont externalisé certaines activités vers des fournisseurs asiatiques comme Taiwan Semiconductor Manufacturing, ce qui a contribué à réduire la clientèle d'Applied Materials.

Tokoy Electron prévoit de racheter jusqu'à 120 milliards de yens (927 millions d'euros) de ses propres actions et Applied Materials entend consacrer jusqu'à trois milliards de dollars sur trois ans au rachat de ses actions. (Chang-Ran Kim; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)