REPORTAGE-La Hague, au coeur des défis de la filière nucléaire française

lundi 4 mai 2015 15h17
 

* La Hague est le premier site de recyclage au monde

* La direction veut y réduire les coûts de 25%

* Le contrat entre AREVA NC et EDF toujours pas signé

* La sûreté ne sera pas sacrifiée, assure le directeur de La Hague

par Emmanuel Jarry

BEAUMONT-HAGUE, Manche, 4 mai (Reuters) - Le vent qui balaye en permanence la presqu'île normande du Cotentin est un des facteurs qui ont conduit la France à installer sur 300 hectares de lande, au début des années 1960, une des activités clefs de sa filière nucléaire.

Depuis quelque temps, ce vent qui disperserait d'éventuels rejets gazeux, n'apporte cependant pas que des bonnes nouvelles au centre de recyclage des déchets nucléaires d'Areva , premier employeur d'une des zones les plus nucléarisées d'Europe ( ) et résumé des défis qui attendent une filière en pleine interrogation sur son avenir.

Des décisions sur une restructuration du groupe Areva, précipitée par une perte de 4,8 milliards d'euros en 2014, sont attendues dans les prochaines semaines et pourraient inclure une cession de l'activité réacteurs à EDF.

Avant même l'annonce le 4 mars d'un programme de réduction des coûts d'un milliard d'euros sur trois ans pour l'ensemble du groupe, propriété à 87% de l'Etat, la direction du complexe de La Hague avait présenté en octobre son propre plan.   Suite...