LEAD 1-PCCW n'est plus intéressé par un partenariat avec Dailymotion

lundi 6 avril 2015 14h40
 

(Actualisé avec réaction du ministère de l'Economie)

PARIS, 6 avril (Reuters) - Le groupe chinois PCCW a annoncé lundi avoir mis un terme à ses discussions avec Orange en vue d'un accord de partenariat avec Dailymotion, la filiale de vidéos en ligne de l'opérateur télécoms français.

"La volonté exprimée du gouvernement français de favoriser la recherche d'une solution européenne décourage la participation d'entreprises internationales", écrit dans un communiqué le groupe coté à Hong Kong. "Nous avons donc décidé de mettre un terme à nos discussions avec Dailymotion et ses propriétaires actuels."

Emmanuel Macron, le ministre français de l'Economie, avait la semaine dernière souhaité qu'Orange étudie d'éventuelles candidatures européennes dans sa quête d'un partenaire pour Dailymotion, dont le projet de rachat par l'américain Yahoo avait déjà échoué deux ans plus tôt face à l'opposition d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif.

Au ministère de l'Economie, on déclare lundi que "le gouvernement n'a jamais indiqué être hostile aux discussions en cours mais a demandé en sa qualité d'actionnaire à Orange de ne pas accorder d'exclusivité à l'offre de PCCW avant d'avoir discuté avec l'ensemble des partenaires potentiellement intéressés."

"C'est une décision avisée d'actionnaire qui a permis d'ouvrir avec plusieurs offreurs potentiels des discussions", ajoute-t-on en soulignant que "PCCW demeure un partenaire crédible et de qualité aux yeux du gouvernement."

"Orange poursuit des discussions et travaux qui conduiront à soumettre en temps voulu au conseil d'administration les solutions envisagées, indique-t-on encore.

Dans son communiqué, PCCW souligne qu'il proposait de donner à Dailymotion "une envergure mondiale suffisante, sur un marché où la taille critique est vitale pour se développer."

Avec 128 millions de visiteurs uniques par mois, Dailymotion est le plus populaire des sites internet européens mais il subit la concurrence écrasante du numéro un mondial Youtube, propriété de Google. (Véronique Tison pour le service français, avec Yann Le Guernigou et Gwénaëlle Barzic)