2 avril 2015 / 13:28 / dans 2 ans

LEAD 1-La BCE entend "rester ferme" dans la mise en oeuvre du QE

* Un QE mis en oeuvre “sans hésitation”

* Les prévisions n‘altèrent pas la nécessité du QE

* Un taux de dépôt de -0,20%, limite la plus basse (Actualisé avec des précisions, du contexte)

par Paul Carrel

FRANCFORT, 2 avril (Reuters) - Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a décidé, lors de sa réunion du 5 mars, de “rester ferme” dans la mise en oeuvre du programme d‘assouplissement quantitatif (QE) même si les perspectives économiques s‘améliorent, lit-on jeudi dans le compte rendu de sa réunion.

Le Conseil avait alors fait savoir qu‘il ferait tourner la planche à billets pour racheter des obligations à partir du lundi suivant, le 9 mars, et avait présenté les projections économiques de l‘Eurosystème, lesquelles, même revues en hausse, n‘amoindrissaient en rien la nécessité du QE.

“Les prévisions de mars 2015 (...) ne doivent pas être interprétées comme laissant entendre que les dernières mesures de politique monétaire en date étaient moins nécessaires”, dit le compte-rendu.

“Il était donc essentiel pour le Conseil des gouverneurs de rester ferme, de mettre en oeuvre sans hésitation les mesures adoptées jusqu‘à ce que les objectifs soient atteints, conformément à son engagement de maintenir cette politique aussi longtemps que nécessaire”, ajoute-t-il.

Trois semaines seulement après la mise en oeuvre du QE, certains observateurs estiment que la BCE pourrait être amenée à en réduire la portée au vu de l‘amélioration de la conjoncture et ce, peut-être dès cette année, alors que le programme est censé durer jusqu‘en septembre 2016 au moins.

Lors de cette réunion déplacée à Chypre, la BCE avait laissé son taux de refinancement à un plus bas record proche de zéro et relevé sa prévision de croissance de la zone euro cette année à 1,5% contre 1,0% anticipé en décembre. L‘Eurosystème projetait en outre une inflation montant à 1,8% en 2017, proche de l‘objectif de la BCE qui est d‘un petit peu moins de 2%.

“Il a été confirmé”, lors cette réunion, que le taux de dépôt de -0,20%, qui revient à faire payer aux banques les dépôts qu‘elles constituent auprès de la BCE, “doit être considéré par le Conseil des gouverneurs comme la limite la plus basse de fait”.

Suivant son programme QE, la BCE entend racheter pour 60 milliards d‘euros d‘obligations essentiellement souveraines tous les mois jusqu‘en septembre 2016 voire au-delà.

Peter Praet, l‘économiste en chef de la BCE, a estimé qu‘il n‘y avait nul besoin pour le Conseil des gouverneurs de reconsidérer le moindre des paramètres du programme. Il a toutefois souligné que le conseil devait “rester prudent” car la reprise n‘en était qu‘à ses débuts dans la zone euro.

Pressant les pays de la zone euro de soutenir plus activement la reprise, le conseil soulignait également le “risque de progrès insuffisants dans les réformes structurelles (...) comme étant un risque baissier majeur”.

Adressant une pique aux ministres des Finances de l‘Union européenne (UE) qui, le mois dernier, ont décidé de donner à la France deux années de plus pour ramener son déficit budgétaire dans des limites acceptables, la BCE observe que “des soucis se sont exprimés concernant la tendance reflétée par certaines décisions récentes à (...) tirer le maximum de la flexibilité”. (Paul Carrel, Marc Angrand et Wilfrid Exbrayat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below