L'ère de la banque universelle n'est pas révolue-Nouy (MSU)

mercredi 1 avril 2015 11h28
 

FRANCFORT, 1er avril (Reuters) - La révision en cours du modèle économique de nombreuses banques européennes en réponse aux nouvelles règles prudentielles ne signe pas l'arrêt de mort de la banque universelle, a déclaré Danièle Nouy, présidente du Mécanisme de supervision unique (MSU).

La mise en place après la crise financière d'une réglementation plus sévère en matière de surveillance et de fonds propres, visant à limiter les risques, a poussé les banques à repenser leur stratégie, y compris à remettre en cause le modèle de banque universelle qui associe l'activité traditionnelle de banque de dépôt aux activités plus sophistiquées et plus risquées de banque d'investissement.

Deutsche Bank par exemple envisage de se séparer de son activité de banque de détail, ont récemment indiqué à Reuters des sources proches du dossier.

La présidente de l'organisme chargé depuis novembre de superviser les banques européennes a refusé de commenter ces informations, comme tout autre projet d'une banque spécifique

"Je ne pense pas que ce soit un élément de preuve de la fin de la banque universelle", dit Danielle Nouy, dans un entretien publié mercredi par le quotidien financier allemand Handelsblatt.

Elle ajoute qu'une des leçons de la crise financière était de souligner l'importance qu'il y avait à avoir un bon plan de liquidation d'une banque en cas d'urgence, ce qui peut inclure la scission de la banque en plusieurs pôles d'activité.

"Il y a un lien étroit entre un bon plan de liquidation et la nécessité d'une séparation entre les activités de banque d'investissement et l'activité de banque de dépôt". (Jonathan Gould, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)