Japon-L'investissement productif en baisse sur 2015/2016

mercredi 1 avril 2015 07h40
 

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto

TOKYO, 1er avril (Reuters) - Un tassement de la demande intérieure et extérieure a pesé sur la confiance des industriels japonais au premier trimestre 2015 et les grandes sociétés ont revu en baisse leurs projets d'investissement, un mauvais point pour la politique de relance du Premier ministre Shinzo Abe.

Le dernier rapport trimestriel de la Banque du Japon (BoJ), dit "tankan", constate aussi que les entreprises de services font état d'une amélioration des conditions d'activité, tirant parti de la chute des prix pétroliers et d'un bond d'un tourisme, ce qui souligne la nature irrégulière de la reprise économique japonaise.

Les secteurs secondaire comme tertiaire pensent que les conditions se dégraderont un peu dans les trois mois qui viennent, là encore un élément de mauvais augure pour la politique économique japonaise qui s'appuie aussi sur un massif programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la BoJ.

L'indice évaluant le sentiment des grandes entreprises industrielles est ressorti inchangé à +12 à fin mars, par rapport à la période de trois mois à fin décembre, alors que le marché l'attendait à +14.

Pour les entreprises des services, l'indice est en hausse de deux points à +19, soit deux points de mieux que le consensus.

Témoin de la circonspection des grandes entreprises, en dépit de la chute des cours pétroliers et de la faiblesse du yen, ces dernières pensent réduire leurs dépenses d'investissement de 1,2% sur le nouvel exercice budgétaire qui débute ce mercredi 1er avril, alors que le marché anticipait une hausse de 0,5%.

Cette prudence s'explique en partie par une reprise économique qui reste molle au niveau mondial, constate Takeshi Minami, chef économiste de l'institut d'études économiques Norinchukin.

"Cela dit, les indices de sentiment évoluent à des niveaux relativement élevés et les PME restent optimistes; je ne pense donc pas que la BoJ observe ces résultats d'un oeil trop pessimiste". (Wilfrid Exbrayat pour le service françaisr)