** LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses en Europe **

vendredi 27 mars 2015 09h48
 

PARIS/LONDRES, 27 mars (Reuters) - Les Bourses européennes ont débuté vendredi en légère hausse à l'exception de Londres, la reprise du mouvement de repli de l'euro apportant un soutien aux valeurs exportatrices dans des marchés qui restent inquiets de la situation au Yémen.

L'offensive aérienne déclenchée jeudi par l'Arabie saoudite et ses alliés sunnites au Yémen s'est poursuivie vendredi avec de nouvelles frappes signalées au lever du jour à Sanaa, la capitale, et dans le nord du pays, la région dont sont originaires les miliciens chiites houthis.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,37% à 5.021,97 points vers 08h30 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,5% mais à Londres, le FTSE cède 0,22%, plombé par les minières. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,3% et le FTSEurofirst 300 de 0,5%.

Les actions européennes ont subi une correction mercredi et jeudi, l'EuroFirst 300 ayant perdu 1,9% et le CAC 40 1,6%. Le rebond de l'euro a incité les investisseurs à prendre leurs profits dans des marchés ayant atteint des niveaux record.

L'euro recule de 0,55%,autour de 1,0825 dollar, en net retrait par rapport à 1,1053 atteint la veille en séance.

Les actions européennes ont fortement progressé au cours des six derniers mois, le programme de rachats d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE) et les taux bas favorisant une glissade de la devise européenne face au dollar.

Les valeurs liées à l'énergie (-0,65%) figurent parmi les deux seules baisses sectorielles de début de séance, avec les ressources de base qui perdent 0,6%. Selon des sources industrielles, les trois quarts des capacités de production de fer tournent à perte en Chine, la chute des cours du minerai de fer affectant les producteurs peu rentables.

Les cours du pétrole retombent de plus d'un dollar le baril après les fortes hausses de la séance précédente, les craintes de perturbation de l'offre liées à l'offensive saoudienne au Yémen tendant à s'apaiser.

Selon Goldman Sachs, les raids aériens saoudiens devraient avoir peu d'impact sur l'approvisionnement, le pays étant peu exportateur et pouvant être contourné par les tankers pétroliers.   Suite...